Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 13:56

Depuis l'origine de mes vadrouilles parisiennes, j'en ai fait des rencontres... et j'en ai même évité quelques unes!

Lorsque, l'appareil photo en main, je mitraille, il n'est pas rare que des curieux m'interpellent, pour s'informer ou m'informer (Photo 0), et j'ai régulièrement le droit à:
"C'est vous qui avez fait ça?"
ou:
"Ça veut dire quoi cette mosaïque?"
plus rarement:
"Y en a un autre là-bas!"
et encore moins fréquemment:
" Je vais vous dire pourquoi, comment....", et là, en général, je suis à l'écoute pour un bon moment!
Plus rarement, je tombe sur un autre passionné, voire un artiste en spray et en bombe!


Ainsi, des bons moment furent partagés sur un bout de trottoir, que ce soit à refaire le monde avec Pedro (photos 1 et 2). Le partage de son univers durant plusieurs dizaines de minutes fût un sacré moment plein de sourires (Dewaere de vin: ou pourquoi l'acteur a son pochoir sur le couvercle d'une caisse de vin), mai aussi de rébellion! Par moment, j'avais le sentiment d'être là, avec un grand frère...

A 3 reprises, j'ai croisé Philippe Baudelocque (photos 3 et 4), toujours souriant et disponible, même en cours de réalisation d'une fresque. Nous avons parlé technique, des relations artiste/œuvre/spectateur et même d'art monumental, et je me souviens aussi qu'il m'a posé plus de questions que je ne lui en ai soumises moi-même!

J'ai craqué en écoutant les souvenirs de voyage d'Artiste Ouvrier (photo5), et de ses anecdotes à l'origine de ses pochoirs.

Nowart (photo 6), un autre grand voyageur, je l'ai trouvé, lui, en train de revoir une façade. Mais il a su faire une pause et prendre le temps de discuter.

J'ai souri face aux interrogations techniques de Seth (photos 7 à 10) qui m'a semblé exigeant avec lui-même, allant jusqu'à reprendre complètement une fresque pour un défaut de couleur.

J'ai apprécié l'engagement de Mr Chat (Photos 11 à 13), et sa simplicité m'a totalement désarmé!

Comment oublier Le CyKlop (photos 14 et 15), avec ses potelets en clin d’œil et une avenance exemplaire?

Les rencontres avec ces artistes restent inoubliables, par leur nature même. Si je les ai souhaitées, je ne les ai pas provoquées, car je reste attaché à cet esprit de chemins qui se croisent, je me refuse à l'interview avec rendez-vous et questions préparées.

D'autres entrevues sont espérées!

Et si, parfois, je force un peu la main au destin comme aux vernissages de JanaundJS (photos 16 et 17) ou Rue Meurt d'Art aux Blancs Manteaux (photo 18), j'apprécie plutôt qu'elles naissent au hasard d'une rencontre...Même si mes balades incessantes et la publication de mes articles diminuent progressivement le fruit du hasard!

Ainsi, je ne désespère pas de croiser:

PopEye (photo 19 et 20),

Grégos (photo 21)... et pourquoi pas les 2 en même temps (photo 22),

Gzup (photo 23),

Oré (photo 24),

le facétieux Clet Abraham (photo 25)....

Sans oublier les colleurs de carreaux, avec évidemment en pole position Invader (photo 26),

Mais aussi RV2011 (photo 27)

Mega Matt (photo 28)

ou encore Jérôme Gulon (photo 29)...

Cette liste est loin d'être exhaustive: j'ai failli oublier Jérôme Mesnager (photo30) , C215 (photo 31), Jace (photo 32), Vihls (photo 33), Philippe Vignal (spacebugs) et même Miss Tic (photo34)!

Et il y en a tant d'autres, de noms à citer, qui semblent justifier mes sorties dans les rues deParis...

Bien sûr, toutes ces rencontres n'ont pas été idylliques...et je fais parfois le distinguo entre les œuvres engrangées sur mon disque dur et leur auteur.

Que ce soit lors de photos prises dans la rue, lors d’événements (vernissages, performances, de randonnées communes), des liens se sont créés ou renforcés.

Les connections via le monde "virtuel" (Facebook ou Parifuni) ont même, globalement, été de bonnes surprises lors de la rencontre physique...Bien que certaines soient encore en attente de concrétisation (PopEye, Elilou) ou vraiment en pointillés, comme avec Crikette, avec qui nous n'arrêtons pas de nous croiser un peu partout du Marais au salon de la photo...


Les échanges (très) réguliers d'informations par mail poussent à venir se retrouver et à échanger de vive voix.
C'est ainsi que j'ai passé une journée-vélo mémorable avec Filo, que j'ai crapahuté une vingtaine d'heures dans les catacombes, que j'ai visité Bordeaux, fait le guide sur la Petite Ceinture...


Une rencontre fortuite, un joli brin de discussion, et le reste de la journée en reste tout illuminé.

Tout comme l'été dernier, lors d'une conversation certainement à sens unique puisque j'y ai puisé beaucoup plus d'informations que j'en ai apportées.

Me voilà désormais en mesure de compléter d'anciens articles, et dire que "les mosaïques non identifiées" (photo 35) sont les éléphants de la Grenouille Masquée...
Que la surprenante série de chiffres (photo 36) est en fait un clin d’œil de Monumental à RV 2011
Que ce même Monumental a laissé ses fesses en souvenir à coté du passe muraille de Montmartre (photos 37 et 38)....Ou encore que la centaine de ces mosaïques copycat (photos 39 et 40) très particulières ont été posées par un couple, celles pailletées étant de la main féminine du couple.

Des infos récoltées par un curieux concours de circonstances, qui me permettent enfin de mettre des légendes sous des photos et des noms dans les titres de mes articles!

"Google est ton ami" disent les geeks...mais n'oublions pas que nous alimentons google, il ne fait que recracher ce qu'on lui offre en pâture, et pourquoi ne pas y laisser une trace de cette mini échoppe d'origamis (photos 41 et 42) Hemingbird découverte lors de ma visite des passages couverts?

Il ne s'agit pas, à proprement parler, de street art.

Cependant, il me reste de cette rencontre un contact agréable, des passions communes (le Japon), un artisanat peaufiné à l’extrême, des anecdotes à raconter et une oreille pour écouter...

Et c'est bien là que se trouve la recette pour passer une heure sans s'en apercevoir, et c'est tout le propos de cet article:

A tendre l'oreille et laisser traîner les mirettes, pour peu que vous sachiez sourire, il serait improbables que de vos balades, il ne reste juste qu'une collection de clichés vides.

Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres
Le plaisir des rencontres

Partager cet article

Published by Rolvel
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 21:12

Depuis plusieurs dizaines d'années je pratique des arts martiaux asiatiques, impossible donc, pour moi, de manquer cet évènement.

Alors que les claquements des pétards commencent seulement à s'estomper de mes oreilles, je vous souhaite une bonne année de la chèvre!

Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...
Bonne année...

Partager cet article

Published by Rolvel
commenter cet article
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 18:04

Vu les conditions climatiques, je pense que vous devriez apprécier cette nouvelle proposition de promenade: Les passages parisiens (plus ou moins) couverts.


Comme d'habitude, je ne vous impose rien, à vous de choisir où débuter votre circuit, d'y ajouter ou supprimer des coins et recoins de Paris.
N'attendez pas non plus des informations historiques et architecturales de ma part, je vous laisse organiser et rechercher par vous-même: Google, votre "meilleur ami" est une source inépuisable, personne mieux que vous ne saura lui soutirer le type d'anecdotes qui saura étancher votre soif de connaissances.... Mais souvenez-vous qu'il n'est pas rare de pouvoir discuter avec des habitués des lieux pour en apprendre tout autant.


Je vous signale juste que ces passages qui datent du 19e siècles sont en fait des rues commerçantes qui ont été couvertes pour les promeneurs argentés qui aimaient flâner dans les beaux quartiers.

Ces galeries marchandes avant l'heure prenaient généralement le nom de la rue dans laquelle ils débouchaient et pas encore pas le nom de l'endroit avec le numéro "2" derrière, comme c'est devenu la mode aujourd'hui!


Rendez- vous pour commencer Boulevard Sébastopol, métro "Château d'Eau" pour aller vers le passage Brady.
D'un côté du bd un passage à ciel ouvert annonce la couleur: le dépaysement, même si certains murs ont perdu de leur exotisme.

Sur le trottoir d'en face, la galerie couverte prolongent forcément le voyage.

Depuis mon passage au Népal, j'ai pris l'habitude de brûler de l'encens, et c'est ici que j'ai retrouvé "mes bâtons" découverts là-bas!
Si vous recherchez, tout comme moi, certains produits exotiques ( alimentation, épices, tissus, musique, et autres produits manufacturés), c'est ici, que vous devriez alors, satisfaire vos besoins.


Vous sortez de ce passage rue du faubourg Saint Denis.

En la descendant, juste au bout, se trouve la deuxième étape: le passage du Prado.
Quelques boutiques et une rotonde qui, sans réellement vous transporter, devraient tout de même scotcher votre regard: c'est l'amuse bouche de la journée!
En sortant de ce passage vous allez avoir le choix: droite, gauche ou même tout droit...Je choisirai donc pour vous:

A gauche, toute...

...Direction la "raffinerie" qu'est le centre Beaubourg, via le bd Saint Denis puis le bd Sébastopol. Arrivé rue aux Ours prenez encore à gauche puis, tout de suite, empruntez la rue Quincampoix, qui offrira quelques surprises aux plus curieux...
Mais ce détour à surtout pour but de vous faire rejoindre la rue Saint Martin en passant par l'agréable passage Molière (non couvert - actuellement -02/2015- en travaux, mais toujours ouvert).


Remontez alors cette rue St Martin et, sur la gauche, si vous avez de la chance (il vaut mieux le chercher en semaine), le passage de l'Ancre sera ouvert.

Il est difficile à découvrir, car il se cache derrière une banale porte de la rue, mais il vaut le coup d'œil !


Ouvert ou pas, vous aboutirez de toutes les façons sur la rue Turbigo, qu'il faudra suivre jusqu'au bd Sébastopol (encore lui).
Et à leur intersection, regardez bien: sur le trottoir d'en face, sur la droite (derrière le terre-plein), la galerie du Bourg-l'Abbé est à emprunter...


...Vous n'en serez pas encore sorti, que vous découvrirez le passage du Grand Cerf!
Un endroit superbe!

Si vous avez le goût des belles choses... Celles d'ailleurs ou d'un autre temps, vous risquez de vous y poser un bon moment!


Parvenu à la sortie, un nouveau choix s'impose, toujours le même: droite ou gauche?


En fait jusqu'en 2016 vous n'aurez pas le choix!
Sur la droite, au bout de la rue Dussoubs se trouve le passage du Caire : je pense qu'il s'agit du plus long passage couvert de Paris! Si vous êtes "chiffons", ce couloir est pour vous...Mais seulement à partir de 2016, car pour le moment, c'est fermé pour travaux!


Vous irez donc tout droit ou sur la droite, mais quelque soit le chemin, il vous faudra rejoindre la rue des Petits Champs via la rue Montmartre et la place des Victoires.
En chemin, je ne saurai que trop vous conseiller de traîner vers la rue des Petits pères, pour y découvrir une place hors du temps.


Rue des Petits Champs, très vite, sur la droite vous apercevrez la Galerie Vivienne...mais si vous avez le temps, un peu plus loin sur la gauche quelques marches sont à descendre, c'est le passage des 2 pavillons...à parcourir, au moins pour le plaisir de satisfaire sa curiosité.
Et encore plus loin, le passage Choiseul abouche lui aussi à cette même rue des Petits Champs .


Retour vers la galerie Vivienne!

Là encore, vous ressentirez qu'un certain luxe est omniprésent.
Un des bras de ce passage forme la galerie Colbert, il n'est pas à oublier!


La sortie rue Vivienne vous laisse dans un quartier où les petites rues sont riches en perles, mais les grandes artères sont bordées des bâtiments classiquement présentés lors des visites guidées....

... C'est à vous de choisir comment rejoindre la rue Saint Marc, qui passe derrière la Bourse.


Là, se trouve le passage des Panoramas, assez déroutant, les différentes galeries qui le compose sont assez disparates, l'axe des restaurants, celui des entreprises privées, et les (trop) rares échoppes.
Là encore, soyez curieux et osez pousser les portes et discuter...


Une fois sorti(e), vous serez peut-être tenté(e) de traverser le Boulevard pour rejoindre la galerie juste en face...

Pourtant, je vous conseille de tourner à gauche sur le même trottoir, car plus loin, Bd des Italiens se trouve le jardin des Princes, un lieu qui plaira probablement aux plus jeunes, mais dont la cour intérieure vaut tout de même ce crochet.


Le retour sur vos pas est nécessaire pour boucler ce circuit.
Si vous êtes face au célèbre musée Grévin, vous trouverez à sa gauche le passage Jouffroy.

Ce dernier tranche avec celui des Panoramas, et les amateurs de vieux papiers y trouveront probablement leur bonheur et peut-être plus encore dans la galerie qui lui fait suite juste derrière, après avoir traversé la rue de la Grange Batelière: le passage Verdeau.

C'est au bout de cette dernière galerie que je vous libère.

Exceptionnellement, cette sortie ne se fait ni en vélo, ni en rollers, mais à pied, et plutôt bien chaussé.

Je l'ai testée, c'est faisable dans la journée, mais il faut garder le rythme entre les étapes pour s'offrir le temps de lézarder devant les vitrines.
J'ai même papoté plus d'une heure, j'ai recherché quelques "spots hors sujets", et je me suis même posé pour tester l'une des "meilleures pizza de Paris".

Comme pour mes autres propositions de visite, la liste d'endroits à voir est loin d'être définitive: il y a d'autres passages très (trop) marchands à mon goût (passage du Havre) ou bien trop éloignés du circuit (passage du Lido - sur les Champs Élysées) et certainement, encore d'autres que je n'ai pas trouvés...Car sachez que la plupart de ces galeries sont fermées le soir, et même certains jours de la semaine (surtout le dimanche)!

Organisez votre sortie en tenant compte de ce "petit" détail, et ne dites pas que je ne vous ai pas prévenu!

J'espère que ce nouveau parcours vous donnera des idées et, toujours, l'envie de visiter Paris autrement.

Bonne sortie, laissez moi un petit mot si ce guide vous aura été utile, et à bientôt pour une nouvelle sortie.

En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!
En Février, sortons couvert!

Partager cet article

Published by Rolvel
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 11:54

Je vous propose une deuxième virée. Cette fois, c'est le Nord-Est de Paris qui sera le terrain à explorer:

street art à chaque coin de rue ...Et n'oubliez pas de mettre de bonnes chaussures, ça grimpe pas mal!

Je vous propose un rendez-vous près du canal St Martin, ça colle (1)?

Ca peint aussi! La pointe Poulmarch (2), quai de Valmy, est régulièrement mise en couleurs.
En face, quai de Jemmapes (3) vous trouverez une fresque et même un peu plus sur un portail et si vos yeux savent chercher un trompe l'œil (4) et une anamorphose (5) sont dans le coin... avec un bonus et un malus (9)!
Je vous laisse le choix d'emprunter la rue Bichat (Chanoir y pose fréquemment ses marques (6 et 7) puis de couper par la rue de la Fontaine au Roi ou de partir directement vers la rue Oberkampf en longeant le canal (8).

La rue Oberkampf et celle qui est dans sa continuité (la rue de Ménilmontant) forment probablement l'axe le plus envahi de mosaïques, et si certaines ont disparu, il en reste suffisamment pour faire vous motiver à les collectionner (9).
Un premier arrêt s'impose vers la rue Ternaux, une place aux vitrines et aux murs riches en surprises (10 et 11).


Passez le Bd Parmentier et l'avenue de la République pour rejoindre l'autre côté de la rue.
Au passage, impossible de rater le SI (space invader) de la rue Lockroy aux couleurs du pub, ou celui au coin du mur de la rue d' Oberkampf... plus discret est celui au bas de la station essence juste en face (9).


Après une rue St Maur plutôt riche en : Spacebugs -12- et mosaïques de Mega Matt où même le géant Obey vous y attend, vous tomberez infailliblement sur la place verte où le MUR est offert à un (street) artiste différent toutes les 3 semaines (13 et 14).
Au coin de la rue Jean Aicard, il reste un clin d'œil de Mr BaimeX, en face, le coin vient d'être nettoyé d'un riche "mix" incluant Invader, Gzup, MegaMatt, JanaundJS....(15 et 16)
Plus haut, si la rue Crespin de Gast est restée, elle, riche en pépites, il ne fait aucun doute que les façades de droite la précédant, auront déjà captées votre attention, je vous laisse les découvrir.


Traversez le Boulevard Ménilmontant (17) et....Me voilà coincé:
que vous empruntiez la rue des Maronites (18a et b) ou la rue Dolet (19) vous aurez le droit à une superbe façade, mais la rue Ménilmontant (20) possèdent,elle aussi, ses pépites!


Dans tous les cas, tournez autour de la place Ménilmontant et Maurice Chevalier, il y a de fortes probabilités de tomber sur un des "Gugusses" de P. Hérard (des crayons les remplacent, suite aux récents évènements 21 et 22).
Mais, vous n’aurez plus l’incroyable surprise que j'ai eu: une station de métro sortie de nulle part (montée pour les besoins d'un film: "Bastille Day"): un jour c'est comme d'habitude: une place vide avec sa fontaine Wallace (23 à 26), le lendemain j'y ai trouvé une station plus vraie que nature, avec un kiosque à journaux (datés de aout 2015!!!).


Plus loin, derrière l'église, sur la façade de la librairie "Monte en l'air" MegaMatt, Invader, Oré, JB et d'autres plus "éphémères" font leur show! (27)
D'ici vous pouvez Détailler la ronde ses "Corps blancs" de J. Mesnager, visible déjà du haut de la rue Oberkampf (28).

Si vous avez du temps, la rue Boyer (La Maroquinerie" et "La Bellevilloise") possèdent aussi quelques perles...mais bien moins que la rue du retrait! (29)
C'est vous qui voyez...
Avant le coin de la rue des Pyrénées, toujours rue Ménilmontant, vous devriez trouver encore pas mal de petites choses…Puis tournez à gauche, mais pas avant de remarquer une autre association (Invader, MegaMatt, Gzup) qui complétera votre collection juste sur en face, après le carrefour!


Poursuivez sur la rue des Pyrénées jusqu'à tomber sur les Cités Leroy et de l'Ermitage(30). Cette dernière vaut le passage (pour ses couleurs) au printemps, et si vous cherchez bien, vous trouverez (encore) des trucs...pas habituels.


En bas, vous arrivez sur la rue de l'Ermitage, ce qui en faisait son charme vient de disparaître, mais le petit escalier qui mène rue des Cascades reste pittoresque (31).
Des pochoirs et des collages jouent à cache-cache dans le lierre (32), mais il faudra prendre dans l'autre sens, vers la rue des Savies où le pignon de gauche est régulièrement squatté par des Gugusses, un spacebug et des habitués du coin (33).
Le mur d'en face offre, quant à lui, de bien curieux reliefs...(34)


Vous êtes alors dans un de ces coins de Paris toujours riches en street art, ils sont peu nombreux dans ce cas (la Butte aux Cailles, le Marais -quartier Temple/Archives/Blancs Manteaux-, en font partie). Ce sont des endroits toujours très prisés des artistes, vous y trouverez des choses, probablement différentes à chaque passage. Impossible de vous promettre quoi que ce soit, hormis qu'il y aura quelque chose à voir.


La rue des Cascades avec sa fresque en trompe l'œil (35), la rue des couronnes est la permanence des gugusses, ou encore la rue de la Mare avec Rubens le chat(36) et ses spacebugs, le tout agrémenté de façon régulière par plusieurs autres street artists (Smot -37-, Ender -32-, Berens...).
Bref, je vous laisse "quartier libre" avant de remonter la rue de la Mare jusqu'à celle des Pyrénées.


Partez sur la droite et traversez pour découvrir rue du Jourdain une école décorée par Mosko et associés (38 et 39) et à son extrémité, dans la rue de Belleville, allez à gauche puis, rapidement, encore à gauche, rue JB Dumay, où HOPNN ou d'autres aiment être présents (40).
Je vous laisse, alors le choix de reprendre la rue de Belleville (en prime Invader est passé rue Mélingue et Oré rue Clavel) ou celle des Pyrénées pour rejoindre la rue Piat.


Quel que soit votre route, vous passerez nécessairement par la Cour de la Métaierie, autre lieu "riche en couleurs" puis devant le 72 de la rue de Belleville, sur les marches (41) où Edith Piaf (n') est (pas) née (pour de vrai).


Remontez la rue Piat, et là, je ne sais pas ce qui retiendra le plus votre attention: les personnages de Seth sur chaque pilier (42 et 43), la terrasse panoramique "décorée maison" (44) ou, tout simplement, une vue globale sur les toits parisiens tout aussi fantastique que celle du Sacré Cœur! (45 et 46)
Avec le soleil ou des gros nuages gris...Ça le fera forcément.

Les murs en contre bas sont aussi décorés par Seth (47), et même Conrad est là, à savourer le paysage (48),
Promenez-vous dans le parc et, pourquoi pas, profitez-en même pour pique-niquer?
Puis rejoignez la rue de Belleville, d'où vous l'avez quittée (vous vous souvenez, la rue Piat).


Si le ciel est dégagé vous aurez une vue sur l'autre bout de Paris (20e ->8e) assez inattendue (49), et plus bas , la place Fréhel et Ben vous glisseront un petit mot (50), et bien d'autres choses! (51 à 53)


Continuez jusqu'à la rue de Tourtille, et empruntez la (54)...Avec la vue de son coin, je ne devrai pas avoir beaucoup à vous pousser.
Levez les yeux un peu partout, même si du crash d'avion à Gagarine il n'y a qu'un pas...(55 et 56).

Puis, passé le début de la rue Lesage, qui est toujours des plus prisée.(57)
Vous devriez avoir bientôt rejoint la rue Ramponneau (58), si le cœur vous en dit, poussez jusqu'à la rue Bisson pour admirer un travail collectif impressionnant (59 et 60).

Ensuite, retournez rue Ramponneau pour rejoindre la rue Dénoyez...

Ce devrait-être le feu d'artifice de votre sortie!
Une rue indescriptible.(61)
Parfois une fresque commencée en fin de matinée est déjà recouverte par une autre l'après-midi!(62)
Des échoppes d'artistes vous retiendront plus que vous ne l'auriez imaginé.(63)
Je me souviens être resté presque 2h à discuter avec Pedro, un vrai bonheur que ce souvenir!(64)
Impossible de retenir un sourire face aux devantures kitsch à souhait, où sont enchâssées les choses les plus inattendues, et c’est encore un clin d’œil improbable que la présence d’une piscine, ici ! (je le répète, mais une piscine rue dénoyez...c'est assez fort! ( 65).
Vous trouverez probablement des œuvres de MegaMatt, Invader, Kouka, Paddy … qui y sont pratiquement visibles en permanence, si elles ne sont pas recouvertes d'une couche de peinture! Même les poubelles servent de supports (66)!


Traversez le Bd de Belleville, les jours de marché ce n’est vraiment pas triste, les fourgonnettes sont taguées, mais c'est bien le moins marquant!
De l'autre côté, rue du Faubourg du Temple vous trouverez bien encore quelques petites choses pour compléter votre collection (66 et 67 et encore quelques Invaders).

Je ne saurai que trop vous conseiller de récupérer la rue de la Fontaine au Roi, car il serait vraiment dommage de passer si près et d’ignorer la façade revue par Vhils (68), et les quelques autres pépites qui y sont déposées (69).

Puis, vous retomberez fatalement sur le canal Saint Martin, où la boucle sera finalement bouclée.

Rien ne vous retiens de pousser en amont du canal jusqu’au point éphémère (70)…Mais ce sera, pour ma part, une autre sortie !

Les photos illustrent à titre indicatif cet article, car les artistes se renouvellent en permanence sur ces « spots », et elles ne sont, par ailleurs, pas exhaustives, comme le montre les 15 dernières qui sont visibles sur ce circuit, mais pas citées…

J'espère que cette deuxième sortie vous a plu, dans un style différent de la précédente, mais, sans aucun doute, tout aussi intéressante!

Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e
Chasse au street art dans le 11e et le 20e

Partager cet article

Published by Rolvel
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 10:33

Ces informations sont à titre indicatif, c'est à vous de modifier, tronçonner ou élargir ce circuit selon vos envies, vos besoins...voire de partir de n'importe quel endroit du parcours, pour le terminer où bon vous semble.

Je vous propose, comme point de départ, un rendez-vous au quai d'Austerlitz, devant le "crocodile"(Photo1): le musée de la mode et du design:
Il se peut qu'une exposition en cours vous tente (2), mais les docks sur lesquels il est perché valent, aussi et sans aucun doute, un passage (3 à 5).


En face, impossible de louper le dragon de la place Augusta Holmes (6) juste en haut de l'escalier du même nom.


Vous tomberez tout naturellement sur l'avenue Pierre Mendes France, qui débouche sur le Bd Auriol, et un peu plus haut sur la gauche vous amène rue du Chevaleret où la dernière "Nuit Blanche" à laissé bien des traces!
(photos 7 à 9). Si vous êtes de nature curieuse, d'autres petites choses devraient bien vous satisfaire dans cette rue...à vous de voir!


A l'intersection de la rue de Tolbiac prenez les escaliers de gauche (10) et descendez (vers la Seine) jusqu'aux "frigos" (11 à 14) où vous devez, au moins, vous poser:
D'abord parce que ce lieu est un creuset d'artistes, et que même sans pénétrer dans le bâtiment, il y a de quoi titiller les prunelles tout autour.


Juste derrière vous prenez la rue René Gosciny, parce qu'elle est parsemée de bulles tirées des albums d'Astérix (uniques à Paris) et les potelets y sont signés Le CyKlop (15).
De plus, c'est ici que vous passerez devant la galerie Itinerrance, qui est l'élément moteur dans la prise en charge de la plupart des façades que vous croiserez!


En allant vers l'avenue de France, il serait judicieux de passer vers le haut de la rue H. Brion, où la galerie Mathgoth affiche régulièrement une oeuvre de l'artiste exposé sur sur sa façade (16 et 17).


Tout au bout de l'avenue de France une 1ère façade relookée par Dabro (18), ne devrait pas vous surprendre avant les rochers volants (19)!


Passez donc au-dessus des voies, chemin faisant, vous apercevrez une gare désaffectée dont il faudra absolument voir de plus près la façade arrière décorée par Swoon (20) avant de reprendre la rue du Chevaleret car la partie non empruntée recèle encore des surprises (21 à 23).
Pensez à vous retourner car certaines fresques seront dans votre dos!
Arrivé (encore) aux escaliers, prenez (encore) à gauche! Etant donné que vous êtes dans l'autre sens de la rue, cette fois vous remonterez la rue de Tolbiac!

Si vous êtes en forme, vous pouvez faire un crochet par la rue de Reims, une façade des plus improbables vous y surprendra!(24)


A l'intersection de la rue J. Colly, bifurquez. Vous tomberez sur une façade qui vous localisera dans le quartier! (25), après le rond point, rue Lahire une oeuvre d'Inti (26) vous attend.
Ses personnages tout en longueur, la chaleur des couleurs et la richesse des détails sont toujours très impressionnants


Retournez sur vos pas, et a rond point prenez la rue du château des rentiers, et cette fois c'est Vhils qui gravera votre mémoire (27).
J'ai bien peur qu'il vous faille revenir au rond point précédent (mais ce portrait en valait bien la peine, non?).
Maintenant descendez la rue Clisson, c'est JS Bach qui vous reçoit (28), et à la première à gauche (rue Jeanne d'Arc) la fresque Alapinta est là, un peu moins flashy qu'à son origine (29 et 30).


Tout droit, vous retrouverez le Bd Auriol et une superbe fresque de Shepard Fairey (31)
A la station aérienne du métro (nationale) vous trouverez un chat de C215 (32 et 33) et une bulleuse (Nina) sous les voies (34).


Traversez le boulevard, et sur la place Pinel vous trouverez 3 visages (dont viens de changer (35 à 39) et plus loin, lorsque vous aurez rejoint le Bd de l'Hôpital, juste en face (rue Watteau -photo 40), une autre façade exigera que vous vous en approchiez pour en apprécier les détails (41).


Plus bas, sur la droite, entre les rue Jenner et Esquirol se trouve la rue Jeanne d'Arc (encore!) descendez là et admirez le couple de photographe (JanaundJS) s'étalant sur deux immeubles (42 et 43).


Vous êtes à nouveau Bd Auriol!


Plus bas avant la rue Jenner vous trouverez la souffleuse de C215 (44) qui a perdu (elle aussi) bien des couleurs, au loin, rue Jenner une autre fresque semblant inachevée (45) me fait penser à une libellule suivant un cours d'eau...le "gigantesque" space invader (46) juste devant est, lui, bien plus coloré!

Et voilà comment je boucle cette sortie!

Je suis certain que vous aurez bien plus de plaisir à la parcourir avec vos yeux qu'avec vos jambes, car c'est un quartier riche en surprises urbaines (Alice, Invader, Levalet, Gzup....).

Certaines fresques ne seront peut-être plus là (47 à 50), mais il est fort à parier que de nouvelles auront fait leur apparition, comme la toute récente de Monsieur Chat rue de la Glacière! (56)


D'autres façades sont à voir dans cet arrondissement, et si vous avez de bonnes jambes, ou un moyen de locomotion, je vous propose de rejoindre la Place d'Italie via l'avenue d'Italie pour découvrir, au 129 une autre oeuvre d'Inti (51) puis "Passez en coup de vent" Bd Massena, au niveau du stade Carpentier (52) puis traversez le bd et allez avenue de Choisy ou vous verrez les oeuvres de Stew (53) et Pantonio (54) place de Vénitie.
Rue Malmaison (55) une vieille fresque a plutôt bien vieilli.

Si j'oublie certaines façades, d'autres (car il y en a d'autres, cf photo 57à 59), je vous laisse les trouver. Vous "tomberez" dessus inévitablement, même si parfois il faut passer quelques portes (mairie du 13e, par exemple).

Et n'oubliez pas que cet arrondissement regorge de curiosités (fontaines Wallace multicolores, quartier chinois, métro aérien, le parcours de la Bièvre marqué au sol, LéZarts de la Bièvre peint sur les murs, la Butte aux Cailles...).

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter de bonnes balades!

Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement
Les façades du 13e arrondissement

Partager cet article

Published by Rolvel - dans Balades
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 14:30
Triste journée.

Il y a 3 ans, je savais qu' Invader avait déposé une mosaïque sur la terrasse de "Libération".

Je me suis donc présenté à la rédaction avec mon appareil photo dans une main et mes rollers dans l'autre, en expliquant que je collectionnais les clichés de ses mosaïques.

Il m'a été indiqué à quel étage aller et où me diriger à la sortie de l'ascenseur.

Je suis ressorti heureux et fier de cet immeuble.

Heureux, vous imaginez pourquoi...et fier, parce que sur ma bonne foi, j'ai fait tous les clichés que j'ai voulu, sans contrainte aucune (limite de temps ou surveillance).

Je ne pense pas qu'une telle chose soit encore possible aujourd'hui.

J'en suis d'autant plus affligé que c'est désormais lié à la perte de libres penseurs.

Cabochards.... mais libres penseurs dont les bulles issues de l'Echo des Savanes ou de Fluide Glacial étaient souvent coincées entre mes livres de cours.

Triste journée.

Partager cet article

Published by Rolvel
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 19:39

Comment savoir si vous êtes face à une street oeuvre?

En tout premier lieu, il est une chose qu'il faut savoir:

Si les artistes possèdent l'imagination, un don voire une formation ...Il est indéniable que l'art est aussi dans l'oeil de l'observateur! (1: Béa Pyl)

Et c'est pourquoi l'assemblage de formes, de couleurs, de matières, peut vous proposer un message ... c'est VOUS qu'il interpelle.(2: Kefrän)

Si vous vous êtes arrêté(e) plus d'une poignée de secondes, il n'y a pas à réfléchir: lorsque l'attention est captée, que ce soit l'oeuvre d'un tiers, ou une interprétation personnelle (30: jeux de reflets), votre oeil a transmis quelque chose qui est apprécié ...ou pas. (10: Bastek à 13: Intra Larue)

Parfois, du trottoir d'en face, une nouveauté capte le regard, il se peut qu'elle jure dans le décor (31 jeux avec une ventilation du métro), ou qu'on attendait qu'elle y arrive. (7: Bonom)

Mais quoi que ce soit, où que ce soit, si vous passez tous les jours sur le même chemin, sur LE truc coloré qui n'est pas là habituellement doit vous faire "tilter". (5 et 6)

Quant à la question de savoir si c'est consciemment, ou pas, c'est une autre histoire!

Un sticker, un pochoir(25), poster(27,28: Levalet) .... un poulpe(26: Gzup)?

Car si certains tiennent à être reconnus, et d'autres se veulent plutôt discrets (4), les artistes oeuvrent tout de même pour être vus (14 et 15: Nemi Uhu).

Bon, j'avoue, même avec l'oeil hyper aiguisé, je sais bien que ce n'est (malheureusement) pas toujours vrai...Et ce n'est ni Philo, ni Elilou qui peuvent dire le contraire!

Pourtant, avec l'habitude, on apprend à connaitre les recoins des quartier propices au street art (16: quartier Latin, 17: point éphémère, 18: Marais, 19: rue de Verneuil) et on sait reconnaître quelle topographie urbaine est habituellement exploitée par quel artiste urbain.

La sensibilité varie entre les individus, leurs goûts, leur culture....et si parfois le message (artistique, ou pas) est de stimuler la sensibilité, il peu aussi passer par la volonté de choquer ou de révolter (29et30).

Toute émotion est une réponse, si vous en ressentez une (44et45: PopEye), c'est qu'une idée va, ou vient de germer.

L'artiste a planté sa graine (toutes les photos!!!).

Je vais tenter de vous faire partager ces plaisirs qui motivent mes sorties.

Pour cela, je n'ai rien trouvé de mieux que de disséquer quelques uns de mes circuits, et la façon dont j'accroche sur les détails qui y ont été déposés.

De fait, vous aurez une listes de parcours.

Libre à vous de vous laisser tenter...site par site, ou en les associant pour un parcours à thème, ou pour profiter d'une continuité/opportunité géographique.

A bientôt pour une première sortie!

Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous
Le street art et vous

Partager cet article

Published by Rolvel
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 11:02
Bonne année!

Pour cette nouvelle année, je me suis laisser tenter par la coutume qui veut que l'on s'impose de nouvelles (et bonnes) résolutions.

Parifuni est dans sa 8e année, et à part les mises à jour des catalogues d'artistes, je n'ai que peu de chances de vous dégoter l'exclusivité d'une toute nouvelle perle:

il y a bien un moment ou le tour de la ville est fait...

De plus, je suis las des tentatives avortées de rédaction d'articles depuis le passage en version 2.0.

En fait, je pense avoir trouvé la solution:

Je mets donc à jour l'ensemble de mes catalogues de Street artistes sur ma page facebook (fb), et je vous propose des articles sur le blog.

Car aucun des 2 médias ne me satisfait pleinement pour intégrer ces 2 orientations.

Toutes les mosaïques parisiennes (celles que j'ai trouvées, évidemment) sont déjà sur Fb:

celles d'Invader (qui sont toujours classées par arrondissement).

Ou encore celles de Mega Matt, RV2011, Jérôme Gulon, la Grenouille masquée, Monumental, K-Bal, Nemi...

Gzup et ses poulpes, les posters de Levalet, les sentinelles de Kouka, les créatures de Suriani et de tous ceux qui mettent de la couleur dans les rues de Paris ont déjà leurs albums.

Avec des mises à jour en temps réel, et la possibilité de commenter chacune des photo individuellement, ce devrait être une autre forme de contact/d'échange entre passionnés...

Parifuni, le blog, deviendrait alors un support de balades.

Deux catégories d'articles vous seront proposées:

Des circuits pour se promener à la recherche de "spots" de street art à ne pas louper.

Et des balades plutôt axées sur les points particuliers d'un quartier (architectures, jardins, cours, curiosités...)

Mes articles devraient toujours être illustrées par des photos, mais gérées différemment (album en fin d'article)avec, parfois, des cross over entre les 2 catégories.

En attendant, je vous souhaite de passer de bonnes fêtes!

Partager cet article

Published by Rolvel
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 11:16

Avec le retour des beaux jours, les rues reprennent bien des couleurs.

 

Et même si ce cadre de Bastek est déjà ancien, n'est-ce pas un bon moyen de se (re-)mettre en train?

Bien évidemment, les colleurs habituels sont de la partie, que ce soit Invader et ses mosaïques de plus en plus monumentales...

... ou Levalet avec son poster hebdomadaire:

Il a le chic, pour le choix des emplacements de ses collages aux dimensions souvent impressionnantes (série des enlèvements...).

Parfois les oeuvres sont plus discrètes par la taille, comme les marques laissées par le Diamantaire (mais le moindre rayon de soleil saura vous les signaler),..

 

... ou par le choix des emplacements des poulpes de Gzup (haut placés par nécessité de survie)

Et pourtant, aucun de ces 2 artistes n'est un cachotier:

ils inondent les rues de Paris de leur production réspective (diamants et poulpes).

 

Voici d'autres séries, Les gugusses de Philippe Hérard ....

....et LéZarts de la Bièvre qui arrivent toujours avec les beaux jours,

Si le premier vient d'avoir son article ICI, les associations avec Jace pour le parcours 2014 "LéZarts de la Bièvre" auront bientôt, aussi, le leur.

 

Les masques de Grégos, et les panneaux détournés continuent de se diversifier ...)

 

Dans un article précédent, je vous avez présenté une courte série de fourches BMX fixées aux murs de Paris:

j'ai appris que Montpellier avait été bien plus envahie, mais, plutôt, par les parties arrières des vélos.

           (Merci Asmahane :) pour les photos)

                                                

Mr BMX serait le responsable de ces fixations...

Tout récemment, à Paris, les demi cycles se sont installés à nouveau, cette fois, ce ne sont plus exclusivement des BMX ni même des fourches...

La technique de pose a changé aussi:

fini l'installation sur des tiges filetées servant de manchons, la fixation est réalisée sur des plaques vissées au mur et "RIP" (Ride In Peace) est peint au pochoir juste à coté...

...Est-ce donc toujours l'oeuvre de Mr BMX, ou  R.I.P.  serait-il un hommage?

 

D'autres "petits nouveaux", viennent aussi afficher leurs collections:

Dans les moins discrets, il y a celui qui se voit...

 

 

... comme le nez au milieu du visage: Urban Solid!

Alors là, c'est quasi le délire: lorsqu'il se greffe sur un quartier, impossible de le louper:

surdimensionnées et flashies, ses réalisations, sont en béton (armé)!

 

Idem lorsque c'est "Time to dance" qui s'y colle:

Nanas et flashcodes géants squattent de larges pans de murs.

Comme vous pouvez le constater, les premières danseuses trouvées étaient peintes directement et non collées sur les murs.

 

Bien plus discrets, il y a la série toute récente (pour moi) de S.C.(?) et ses pendules:

Planquées dans les repères de nivellement, je n'en ai aperçues pour le moment que 18.

La variété et la discétion de ces clins d'oeil sont bien dans mes goûts...

Exceptionnellement, les aiguilles ont même fait place à une serrure!

J'ai déjà quelques éléments dirigeant mes recherches, mais je soupçonne que ces repères de nivellement  recèlent encore bien des surprises....

à suivre!

 

Tout aussi secrets sont ces insectes assemblés en mosaïques.

Parfois de tailles respectables, ils campent actuellement sur au moins 3 sites parisiens.

(Philippe Vignal Mosaïcs)

Une autre collection plutôt rare est celle des carreaux de Këfran (visibles, lui aussi, régulièrement sur 3 sites)

 

Vous comprendrez aisément, qu'il m'est impossible de citer tous les artistes qui mettent des formes et des couleurs dans les rues de Paris, mais je ne les oublie pas...

Que ce soit Mr Pigeon (découvert à Nantes)...

 

... Suriani qui est passé des chats aux félines...

...et bien d'autres encore...

 

Mais, je tiens à signaler ceux que j'aime toujours,tout particulièrement, les petites surprises....

... qui viennent mettre leur grain de sel au coin des murs. Ils forment " ma " série ...

...qu'il s'agisse de collages...

...de pochoirs ou de dessins...

...ils sont souvent anonymes et uniques...

...trouvés au coin d'une rue...

... ou au pied d'un mur.

Qu'ils proposent un sourire...

...ou bien un message ...

...je peux même les apprécier avec toute leur futilité!

Mais je tiens à vous avertir:

si vous aussi, vous commencer à les remarquer, que vous en êtes (parfois) au point de vous arrêter pour les déchiffrer et en rechercher le sens...

...,il ne fait aucun doute que vous êtes déjà contaminé!

Partager cet article

Published by Rolvel
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 11:03

 

En débutant un recensement (par arrondissement) des mosaïques parisiennes d'Invader, j'ai pris l'habitude de photographier les curiosités que je trouvais chemin faisant (fresques, trompes l'oeil, anamorphoses...)

Ce blog est devenu moins un inventaire qu' une stimulation à ouvrir les yeux pour regarder Paris autrement,

un complément aux guides de visite traditionnel.

Si je dépose ici des images, avec quelques mots, la recherche d'informations complémentaires est selon votre envie.
Mais sachez que je fais évoluer régulièrement mes articles en fonction de vos commentaires...
Alors, bonne promenade!
 
Dernière mise à jour le 14/11/14

Grosses mise à jour de mes albums de mosaïques parisiennes (cliquer sur ce lien:  mosaïques parisiennes d'Invader, )

J'ai toujours de gros soucis de gestion de photos, et de mise en page d'articles sur overblog

Pour les plus impatients, mes albums facebook de photos de mosaïques (entre autres) sont mis à jour en continu, sans commentaire.

Chaque arrondissement a son album, RV2011 a son album, Mega Matt et la Grenouille Masquée de même, K Bal aura bientôt le sien.

Tout mes albums sur le street art parisien sont "public", donc avoir un compte "fb" suffit pour les consulter, pas besoin de m'en faire la demande.

Je réponds aux commentaires ;)

Je pense de plus en plus y déposer mes articles, mais la mise en page n'y sera pas la même qu'ici: le texte sera accompagné d'un album de photos dédié, fini les photos illustrées!

Je ne peux pas passer une heure par article uniquement pour de la mise en page, cela se rajoute à:

La prise des photos en randonnée.

Leur retraitement pour les adapter à overblog.

La mise en ligne.

La rédaction.

Même la gestion des commentaires est devenue compliquée: il faut télécharger une application tierce...pour pouvoir y répondre.

Dans ces conditions, il m'est beaucoup plus simple de déposer sur fb, juste avec un petit mot en clin d'oeil!

 

 

Je vous présente ICI quelques sourires parisiens de Levalet

 

 

Et je vous propose ICI un voyage dans le temps, au rythme de vos pas, le long d'une rue du 18e arrondissement.

 

*

Je vous propose une brochette de sourires.

Ils proviennent tous des rues de Paris, il faut les chercher, et parfois même les provoquer, mais si vous avez l'oeil...vous devriez en reconnaître quelques uns!

En cliquant sur l'image, la promenade commence...

 Chat le fait 

Pas besoin de leur donner votre langue pour les trouver dans les rues de Paris!

Ils sont presque tous là, dans le même article (ICI  )

 

 

 

*J'ai profité du mauvais temps pour faire une refonte de l'index du blog. Plus ordonné, il devrait vous aider à naviguer parmi les articles ou de rechercher un artiste précis.
*

3 articles pour vous motiver à visiter la tour 13 avant sa destruction vous attendent :

Si ce blog est centré sur les arts de la rue...
...je me plais à partager les images insolites ...

... inattendues ...
...ou surprenantes.
Je ne saurais trop vous proposer de passer par l'index du blog pour vous faire une idée!!
A vous de voir si vous préférez descendre...
...Grimper.....
... Vous laisser séduire....

 

...par un voyage...

null

...de l'autre coté du globe....
...Mais rarement hors sujet:

Quoiqu'il en soit, le long de ces pages, vous n'en prendrez peut-être pas plein les oreilles....
... mais je vous promets de jolis clins d'oeil!
 
Et pourquoi pas, de quoi vous attacher à Parifuni...



A propos des mosaiques de Space Invader:


1252 space invaders sont actuellement recensés et situés sur ce blog (dont 1136 sur Paris intra-muros).
Je tiens à préciser que ce décompte n'inclus ni les missiles reliant 2 mosaïques, ni les mosaïques évidemment associées (rue Bachaumont, par exemple).

Sont intégrés au compte:
79 autocollants (dont 77 à Paris)
- 100 mosaïques "copycat": des personnages stylisés apparus depuis fin 2010 et dont quelques modèles existent toujours en 2013

Copycat non identifié   -   RV2011
- 70 mosaïques signées RV 2011 semblent posées en clin d'oeil à des originales d'Invader.
12 pochoirs (plusieurs réalisés par Pitr).
3 mosaïques remplacées par un copieur* (une quinzaine sont disséminées sur Paris).

 photo Madeleine_zps61a811d9.jpg

27 mosaïques "copycat"  probable d'un même modèle (actuellement intégrées au décompte)
-  Des vaisseaux en légo reprenant celui de Galaga apparaissent dans le 4e (02/2011) ne sont pas comptabilisés.

Ne sont pas intégrées au décompte les mosaïques posées par Mega Matt, à savoir: 

(d'autant que je puisse les identifier!!)

66 mosaïques "copycat" représentant "Mettaur" 

10 mosaïques représentant  Conrad de "Flashback" ainsi que Chunli et Cammy qui s'embrassent:

 photo Junot_zpsae86ceca.jpg  photo Tiquetonne3-ChunliCammyb_zps1a79fe59.jpg  photo Charlot3a_zps9c61f9f8.jpg http://i45.photobucket.com/albums/f81/grdd/Mzc/Bonus/Arrondissements/11e/Lockroy2_zps2f171fb3.jpg

  ...plus quelques autres à voir ICI!

  - 3 séries (les cyclopes du 12e, les perles chauffées du 13e et les carreaux de la place Frenay sonrt recensées, mais pas comptabilisées)

 

* En 2009 un collectionneur s'est approprié une quinzaine de Space Invader et les a remplacé par les "siens".
3 de ces mosaïques sont répertoriées,  je ne compte pas collecter les autres, tout en sachant où elles sont.

A propos de l'art urbain et de sa durée de vie:
Suite à la disparition de céramiques de  vaches, serpents à plume, mosaïques JG et la destructions de Space Invaders, je me suis posé la question de la localisation de ces oeuvres.
Il est évident que les recenser facilitent la tâche d'individus mal intentionnés...mais ces oeuvres originales sont publiques, à la portée de tous les yeux, de toutes les mains.
Leurs auteurs doivent accepter cette règle, même si elle est rageante. Je l'accepte à chaque fois que je stationne mon véhicule dans la rue.
J 'ai pu observer que les ravalements sont beaucoup plus destructeurs.
Ceux qui dégomment  pour s'accaparer un bien devenu publique ne récupère bien souvent qu'une oeuvre tronquée, les "restes" sur les murs sont éloquents...butin minable et bien terne hors de son cadre.
Quant à celui (ceux?) qui détruit ou "repeint" les Space Invaders, il a probablement un compte à régler (peut-être avec lui-même...) et il n'est pas "systématique" dans ces agressions.
Je continuerai donc à localiser ces clins d'oeil (sauf demande de leurs auteurs) pour permettre à d'autres de les trouver ...avant leur éventuelle disparition

 

NB:
 Les photos de ce blog sont les miennes.
Il serait sympa, si vous les utilisez, de me prévenir avant.
Merci.

Partager cet article

Published by Rolvel - dans Newsletter
commenter cet article

Présentation

  • : Paris comme vous ne la regardez pas
  • Paris comme vous ne la regardez pas
  • : Visite inattendue de Paris. Les yeux en l'air, ou au sol. Monuments et curiosités autrement.
  • Contact

Index des articles

Cliquez sur l'éléphant:
 vous accéderez à l'index en images
 et aux liens des articles du blog

Pour me contacter

Cliquez sur l'image.