Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 07:51
Drôle d'expérience.

Il est facile de donner son avis sur un le résultat du travail de quelqu'un.

Lors de la prise d'un de mes clichés, j'essaie de me mettre dans la peau de l'artiste, ce qui m'aide souvent pour la post production (rendu des couleurs, intégration dans le décor)...

Mais de simples rencontres avec les artistes, m'ont fait prendre conscience que j'étais parfois dans le faux, par extrapolation excessives, ou interprétations trop personnelles.

Certains effets rendus sont régulièrement de simples coïncidences!

Drôle d'expérience.

Malgré les apparences, ce gugusse ne regarde pas la plaque d'égout...

Pour comprendre cet ensemble de faits....Il fallait bien que je m'y colle, pas tant pour le geste technique, que pour l'état d'esprit lors de la réalisation.

C'est pourquoi, il m'était indispensable d'agir en plein jour, certainement pas à la sauvette.

Drôle d'expérience.

Trois essais sur ma propre maison m'ont permis de parfaire l'organisation et la technique de pose.

Drôle d'expérience.
Drôle d'expérience.
Drôle d'expérience.

J'ai décomposé de la façon la plus précise les différentes phases, en envisageant, même, une éventuelle de remplacement.

Drôle d'expérience.Drôle d'expérience.Drôle d'expérience.

J'ai volontairement choisi un site très "ouvert" (malgré ses 2 seules issues) au street art, de quoi m'assurer une certaine sérénité lors de la pose.

Drôle d'expérience.Drôle d'expérience.

Première déception:

A l'arrivée sur le site, 2 carreaux étaient décollés de la grille/support qui elle-même s'était partiellement délitée durant le trajet (j'ai amené mon "oeuvre" pliée en deux dans une revue).

Plus question d'une pose monobloc de la mosaïque avec 2 rangées de carreaux qui menacent de se sauver...je tranche dans le vif, et j'improvise prestement 2 encollages!

Deuxième crainte:

Le support mural est loin d'être aussi lisse que chez moi, il a fallu égaliser avec le ciment.

Si la préparation du ciment-colle se déroule bien, je redoute désormais le manque de matériau!

C'est à ce moment que des curieux s'intéressent à ce que je fais...sans me poser la moindre question, ils tournent et virent autour de moi.

J'avais hésité à prendre un gilet fluo comme le fait Invader, car ce qui est le plus visible est bien souvent le moins remarqué...En fait, mes gestes préparés sont suffisamment assurés pour qu'on me laisse tranquille enfin, j'aime le croire!

2 personnes se mettent à coté de moi (l'une après l'autre), et tout en m'observant, elles me parlent du quartier, de la rue appelée à perdre son identité à court terme...

En conservant mon rythme de travail, je leur livre mes avis... comme me l'a appris mon chat...concentré sur ma tâche, mais les oreilles aux aguets: pas fermé (et même totalement ouvert) à ce qui peut arriver dans mon dos.

Drôle d'expérience.

Troisième constatation:

La pose n'est pas optimale, pourtant tout se passe bien, presque comme je l'avais organisé.

J'ai même trouvé une chaise, là où j'escomptais prendre une poubelle, pour percher mes carreaux hors de portées de doigts avides.

Mais:

* Les 2 parties ne dont pas bien alignées...impossible de mobiliser l'une ou l'autre, ma colle est préparée avec très peu d'eau pour prendre rapidement.

Les carreaux égarés pendant le trajet sont à insérer dans le "moulage", je crains qu'ils tiennent moins bien et qu'ils ne s'alignent pas (c'est réussi!)

Drôle d'expérience.

* La mosaïque qui encombrait le coin de mon bureau semble, ici, minuscule...Elle fait pourtant la hauteur d'une double page de Paris Match!

* Une fois impactés avec ma massette les carreaux refoulent suffisamment de ciment pour réaliser un bourrelet autour de la mosaïque...Mais ce bourrelet "anti-arrachement" dont je me suis exonéré chez moi fait, ici, un peu "crado".

C'est enfin posé, un chiffon humide pour laver les carreaux, la déception du résultat est largement compensée par le déroulement de mon affaire.

Je fais mes photos.

Un type sort alors de l'immeuble d'à coté, me lance un oeil mauvais....puis insulte une femme qui jette du pain aux pigeons: "c'est interdit, c'est dégueulasse!"... Je pense qu'elle a pris pour moi...

Mais je fini mon affaire tranquillement, sans surtout ne pas donner prise!

Je range mes affaires, repose la chaise où je l'ai trouvée, un dernier regard en arrière puis j'envoie un sms à la maison.

J'aurai appris des choses aujourd'hui, et les questions qui me turlupinaient autour de la personne qui dépose dans la rue, ont trouvé quelques éléments de réponse.

Le contact contrasté avec les passants est des plus intéressant, vu mon activité, il m'était difficile d'argumenter sans écouter au du moins laisser parler!

J'ai réussi à me séparer sans mal de ma création, c'est ce que je redoutais le plus, elle n'est plus à moi, c'est tout.

Je dessine et sculpte le bois, je donne à mes proches, mais j'ai toujours refusé les "commandes", c'est à dire, lorsque je sais que je ne reverrai plus mon travail.

Drôle d'expérience.Drôle d'expérience.Drôle d'expérience.

Ici ce n'est pas le cas, j'en avais parlé avec P. Baudelocque, il m'avait dit de me forcer, que c'est un cap à passer.

J'ai pris conscience de bien des choses lors de la préparation et la réalisation de ce collage:

A propos des choix du modèle (imiter en clin d'œil ou innover, série) et du site (clin d'œil, facilité, visibilité...).

De la réalisation basée sur l'observation de ce qui a déjà été fait, et sur les conseils glanés.

De l'organisation globale aux réajustements ponctuels (évènements prévisibles ou improvisés) qui nécessitent un cadre étroit mais avec, tout de même, une marge de manœuvre!

J'appréhende encore mieux le travail d'Invader de Mega Matt ou de RV, malgré leurs différents modus operandi.

Voilà, c'est maintenant passé, mais je ne pense pas vraiment récidiver, en tout cas pas pour le moment....et certainement plus avec une forme aussi "alambiquée"!

Drôle d'expérience.

Un passage 3 jours plus tard a montré une rangé de carreaux qui pendouille, suspendue à la partie du treillis qui a été décollée du mur.

Cette zone ne correspond pas à celle qui a été fragilisée, ce qui confirme une tentative d'arrachement (merci à la conseillère, à propos du bourrelet!).

Partager cet article

Repost 0
Published by Rolvel
commenter cet article

commentaires

Acanthe 16/10/2015 16:21

D'abord un grand bravo, d'avoir osé, et en plein jour ! Et aussi merci pour ce retour d'expérience, car je me suis toujours demandé comment la pose d'une mosaïque se faisait, concrêtement. Je m'imaginais Invader se baladant avec une échelle sur l'épaule... ;-) Bon, maintenant que vous avez expérimenté les petits carreaux, pensez-vous expérimenter un autre art urbain ? :-D

Rolvel 16/10/2015 22:53

Bonsoir, non seulement Invader utilise une échelle, porte un gilet fluo, mais je le soupçonne le aussi de prendre des mesures avant son invasion....Mais vu le nombre de sites envahis, et ses expériences avec la maréchaussée, il est évident que ses préoccupations ne sont plus les mêmes que celles d'un débutant comme moi.
Il en est même à modifier son art en passant des petits carreaux aux grands. Des sujets moins dessinés, plus en symboles...ou pixelisés à l'extrême.. Il n'a certainement pas fini de nous surprendre. Pour ce qui est de m'exercer à un autre art de la rue....je n'y pense pas vraiment pour le moment.
À bientôt!

almanito 15/10/2015 19:44

C'est vrai qu'on ne pense jamais au dessous du décor, c'est le cas de le dire. Vraiment intéressant et je vois qu'en plus tu sculptes...on aimerait en voir plus et mieux, tu restes très discret;)
Par contre j'aime beaucoup ton regard, même si parfois c'est le seul hasard qui fait incidemment interpréter une oeuvre. Ton humour apporte une belle contribution au Street Art en fait.

Rolvel 16/10/2015 22:37

dépassent. :(

Rolvel 16/10/2015 22:36

Mon blog, je l'ai voulu pour partager une passion, pas pour raconter ma vie ni pour me mettre en avant. Forcément, à force d'articles, je me dévoile un peu.... Mais je ne raconte pas tout!
Je sculpte le bois et je dessine, ce qui explique en partie pourquoi je m.intéresse au street art.
C'est vrai qu'à vouloir tout voir, on en arrive à trouver des choses qui dépasse parfois la pensée de l'auteur.
C'est vrai aussi pour des films ou des tableaux, j'en ai l'occasion de m'en rendre compte.
Il n'est pas impossible que je montre ce que je "bricole " à l'occasion, mais je ne me sens pas encore prêt.
Merci pour le regard et l'humour, c'est effectivement la vision que j'essaye d'apporter à mes photos.
Bon week end!

Présentation

  • : Paris comme vous ne la regardez pas
  • Paris comme vous ne la regardez pas
  • : Visite inattendue de Paris. Les yeux en l'air, ou au sol. Monuments et curiosités autrement.
  • Contact

Index des articles

Cliquez sur l'éléphant:
 vous accéderez à l'index en images
 et aux liens des articles du blog

Pour me contacter

Cliquez sur l'image.