Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 09:50

* Cet article dédié à différentes formes d'art urbain ne cherchera pas être exhaustif et ne tient pas lieu de référence.
C'est un état des lieux fait ce jour, une suite de constatations accumulées au cours du temps qui n'engagent que moi.
* Je me suis basé sur mes observations des rues de Paris, certaines de mes conclusions peuvent être erronées.
* Je ne suis graphiste, ni membre d'un groupe.

* Les photos d'illustrations sont toutes récentes, même si certains murs sont ainsi décorés depuis longtemps (ou ne le sont déja plus!).
* Pour des raisons de vitesse d'affichage, j'ai choisi de faire 3 parties, ce sont des césures d'ordre pratique, n' y recherchez pas un thème par section, l'article se lit dans son entier.



Au début il y eut le tag, un nom (associé parfois à un nombre), c'était une signature, un simple marquage de territoire.
(Taki 183 serait le 1er taggueur connu).

La calligraphie évolue, le béton prend de la couleur, les rames de métro elles même deviennent un support mobile.
Le tag est rarement apprécié, il reste de l'ordre de la pollution visuelle...surtout quand on se le récupère sur son mur!
Il faut reconnaître que les "oeuvres d'arts urbaines" restent minoritaires aux cotés des gribouillis dégoulinants que restent de nombreux tags.

Du pinceau découle quelques variations: le pochoir, le tampon, le sticker et le poster.
Dans la logique du "vite posé pas pris" , et avec moins de risques d'être loupé, ces techniques assurent une réussite du motif, et une rapidité de réalisation.
Les stickers d'abord manuscrit ou peint sont de plus en plus souvent imprimés aujourd'hui.
Ce qui est tout aussi vrai pour les posters

Les gouttières deviennent leur support favori.
Les motifs sur la photo de droite sont très répandus, le bonhomme "exit" existe en différentes tailles (de plus en plus grandes) le modèle "en forme de WC" (?) a squatté de même de nombreuses gouttières dans tous les arrondissements de Paris.

 

Il est improbable de se promener dans les rues de la capitale sans remarquer quelques un des exemplaires  rassemblés sur la photo de gauche.
C'est certainement ce type d'autocollants qui est à l'origine du poster de rue.

Ces stickers se retrouvent pratiquement sur tous les grands axes de Paris.
Souvent en hauteur sur les gouttières et parfois de couleurs différentes, ils se rapprochent plus de l'assommage publicitaire qu'autre chose...

     

Ces regards sur les plaques de rues sont variés (profils, faces, hommes, femmes) et souvent dans des endroits où des oeuvres urbaines sont à voir.
C'est tellement vrai, qu'ils guidaient mes premières recherches de mosaïques dans les rues de Paris.

 
Un regard, annonçait invariablement la présence d'un Space Invader dans les alentours.
Le marquage d'un collectionneur?

Je craque  volontiers sur les pochoirs de Miss~Tic, qui ont un visuel flatteur, une maxime bien sentie....et sont très variés   (voir aussi  
ICI)



Le 1er pochoir dont je me souvienne était un portrait des Beatles vers des arcades de la rue des Archives.
C'était toujours un petit plaisir que de les retrouver...

Un pochoir actuellement très répandu sur les trottoirs, et les murs de Paris:



Les différentes techniques se retrouvent souvent associées, les coins privilégiés pour les retrouver sont toujours dans les mêmes arrondissements...
Ils sont partout, mais pour assurer la pêche il faut  se promener dans les 5e, 6e,10e, 11e, 12e, 13e, 18e, 19e et 20e...

   

Les fantômes peints  ou les rouleaux de " pq " roses ou bleus en poster ont largement envahi les recoins de Paris (et d'ailleurs....) l'an passé.



Le poster me semble assez récent.
J'ai pris conscience de cette technique il y a 2, 3 ans tout au plus.



Evolution de taille et de technique.
Ces caméléons sont associés étroitement au bonhomme "exit", à tel point, que j'ai même vu un caméléon dont le motif intérieur était un amalgame de ces personnages!



Une semaine d'intervalle et deux grosses pluies....le caméléon en a perdu la tête!

 

C'est bien là le point faible du poster, outre la surcharge, ils supportent mal les intempéries, et les lances de Kärcher.
Leur durée de vie est des plus réduites. Certains ne tiennent pas la journée....

A peine la place est-elle rendue disponible, qu' une nouvelle série est alors libre de s'étaler sur les murs à son tour.
Celui là était le 3e de la journée.



A suivre:
Partie 2 ---> ICI
Partie 3 ---> ICI

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Paris comme vous ne la regardez pas
  • Paris comme vous ne la regardez pas
  • : Visite inattendue de Paris. Les yeux en l'air, ou au sol. Monuments et curiosités autrement.
  • Contact

Index des articles

Cliquez sur l'éléphant:
 vous accéderez à l'index en images
 et aux liens des articles du blog

Pour me contacter

Cliquez sur l'image.