Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 07:25

Quelques "tags officiels" décorent certains pignons, non sans humour, pour certains.

Rue de Condé (6e), un trompe l'oeil en demi teinte rend cette petite place bien plus accueillante.




Cette fresque, rue de la Croix Niver, fût la 1ere de ma collection,.

Croix-niver.jpg
L'artiste s'est arrété rue de la Franche Comté, comme laissant la réalité prendre le pas sur ses rêves

temple-trompe-l-oeil.jpg
Quartier populaire, Ménilmontant est riche en clins d'oeil.

M--nilmontant3.jpg
M--nilmontant2.jpg
Cette fresque est le centre d'un tryptique sur 3 immeubles.
Le recul ne me permettait pas de faire un cliché satisfaisant de l'ensemble...
M--nilmontant.jpg
 

Le 12e arrondissement est trés vert, entre la promenade plantée et sa serre...

mongalet-trompe-l-oeil.jpg


Nous voila au bord de l'eau quai de Valmy. En fonction de l'angle d'observation les rameurs sont visibles ou non...
Valmy-trompe-l-oeil.jpg
Quasiment en face, sur l'autre rive du canal Saint Martin, un relief du mur est utilisé pour faire le tronc de l'arbre.

Jemmapes-trompe-l-oeil.jpg
Magnifique, le trompe l'oeil de la rue Haxo: le sauvetage d'un chat par les pompiers:

Cliquez sur l'image pour plus de détails
Prés de la gare de Lyon une passerelle attend patiemmenent un rafraichissement.

Gare-de-Lyon-trompe-l-oeil.jpg
En face du père Lachaise on quitte une rive...



...Alors qu' à Montparnasse on rêve derrière des barreaux.

Roux-trompe-l-oeil.jpg
A République, un joli effet drapé:



Un puzzle...Où cela?

undefined









































....Rue J.S. Bach (13e), ....évidemment!

Rue des Amandiers. Un brin de fantaisie dans une rue qui en redemanderait bien...

Amandiers


Une escapade en  trompe l'oeil sur toute une façade  de la rue Castagnary (15e)

Castagnary

Les batiments encadrant le square des jardiniers, ont un motif sur l'ensemble de leurs façades.
Pour en voir plus, cliquez sur l'image

Cliquez sur l'image pour en voir plus!



En se promenant dans les ruelles du 11e, ce magnifique trompe l'oeil (où apparait l'auteur) est à découvrir.



Les curieux seront comblés, s'ils se donnent la peine de cliquer sur l'image ci-dessus....


Rue Lauzin (19e) un trompe l'oeil joue avec les formes rectilignes des immeubles voisins


Rue d'Aubervilliers, 3 niveaux de perspective en trompe l'oeil sont en plus de celui de la façade



Un trompe l'oeil signé JC Decaux, le roi du mobilier urbain à Paris...Le mécène est rarement aussi visible sur les murs décorés de la Capitale

Avenue Matignon

Face à la gare de l'Est (Rue du Faubourg St Martin), ce trompe l'oeil est d'actualité: opération escargot des "gros culs" contre l'augmentation du prix des carburants.
La perspective reprend des éléments de la rue (clocher de la basilique St Laurent, porte St Martin).





Aprés la gare du Nord, en remontant le Boulevard de Strasbourg Saint Denis, des peintres figés depuis l'Europe des 12.... se refont une façade.



Une autre fresque en trompe l'oeil, dans le 10e:



La rue Legouvé posséde un décor classieux qui détonne dans ce quartier.
En tout cas ces colonnes ne s'offrent pas au tout venant, il faut aller les chercher!

Rue du Volga (20e) une fenêtre en trompe l'oeil s'ouvrait sur un coin de verdure...



Naif, mais inattendue cette porte de garage en trompe l'oeil rue de Montreuil.



Une autre magnifique fresque-trompe l'oeil dans le quartier de la Goutte d'Or (18e).
A ne pas louper!

Pour mieux voir, cliquez sur l'image

J'ai découvert tout récemment ce trompe l'oeil derrière l'hopital St Louis (10e).
J' y suis passé plus d'une fois dans cette rue...et probabement n'ai-je jamais pensé à me retourner.
Sinon, je ne l'aurai pas louper aussi longtemps!




Pour continuer la visite:
Suite de l'article (partie2) ICI et partie 3 ICI
  des fenêtres                    ICI
  des façades                        ICI
  des formes et des couleurs  ICI
  
des fresques                        ICI
  des vitrines                           ICI
  des tags et posters              ICI 
  des anamorphoses            ICI 
 Une rue pleine de surprises ICI

Repost 0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 10:21
Voici la fresque du moment, pas toujours facile à trouver, il suffit juste d'un un peu de chance ...



Au fond d'un jardin (si c'est possible, même à Paris!) caché derrière un mur, cet arbre fantôme est visible uniquement quand le portail est grand ouvert....ou lors d'une promenade sur la Petite Ceinture!



C'est bien dans l'esprit d'Halloween, non?



Bon week end!

Repost 0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 08:48
50 ans, ça se marque d'une pierre blanche!


Pour le coup notre plus célèbre couple de gaulois semble avoir laissé des traces dans tout Lutèce...
Pas de risques de les louper, à grands renforts de pub TV et de placards locaux, les emplacements où les trouver sont bien répertoriés.

J'ai d'abord aperçu, encadrés étroitement par des grilles, quelques pylônes rouges et blancs figés dans des blocs de béton surmontés d'une bulle.

Même lorsque ces blocs sont dissimulés par une pile de casques romains (Ile de la Cité), en forme de pyramide (Palais Royal) ou par des boucliers formant la fameuse tortue de César, ça reste un peu "cheap" à mon goût...
A tel point que je n'en ai pas gardé de souvenir!
Cela ressemble juste à l'utilisation du surplus du parc à thème.... Une pub déguisée (pour l'animation du parc en cours et la sortie du dernier album), pas à une véritable commémoration.

Les bulles sont propres et issues des albums . /
Des façades sont décorées avec un clin d'oeil sympa, mais est-ce à la hauteur des 50 années de gauloiseries du couple Astérix-Obélix?

Reste l'échouage des pirates à la tour Eiffel, et surtout, je dois bien reconnaître, la place de la Concorde qui à elle seule compense ce manque global de pêche!



Un joli clin d'oeil à Cléopatre, un espace exploité intelligemment pour un clin d'oeil réussi à l'album.
Enfin LE brin de gouaille coutumière...



Suis-je vraiment difficile?
A St Nazaire, des affiches géantes placées aux endroits appropriés rappellent les aventures de Tintin.



Le truc avait alors fonctionné:
Placardées mais pas plaquées, ces affiches donnent du souffle à des endroits parfois en mal d'identité.



A budget, talent et mise en oeuvre égaux, un peu moins de dispersion (et  moins de barrières aussi!) et plus de travail sur la vie du fameux village gaulois, cet anniversaire aurait probablement été une parfaite réussite...
Du moins je veux le croire!

Une poissonnerie déguisée rue Montorgueil, l'arbre d'Assurancetourix (face à la tour St Jacques) d'où s'échapperaient des sonorités typiques...le bateau pirate  échoué sur l'île St Louis (ou au milieu de la Seine) ou encore une auberge gauloise île de la cité...auraient peut-être été des animations plus marquantes.
Reste l'expo au musée de Cluny.

Ces décorations ont au moins le mérite de faire visiter Paris autrement, et tout effort mérite plus d'être encouragé plutôt qu'épinglé.

C'est certainement le coté "stuc-trop toc" et l'excés de communication qui m'ont déçu.
Tout comme récemment, pour le lancement de ce renouvellement d'enseigne Bd Dausmenil, où un météore fumant ultra protégé (barrières, cônes et gardien) semble avoir défoncé la chaussée



Un coup de pub, sans volonté de plaire particulièrement.

Pourtant le sourire ne me quittera pas tout le long de cette balade:
actuellement une affiche s'étale partout dans la capitale:

Saucisse!

Ils l'ont fait!
Je l'attends depuis 2 ans sans jamais avoir cru possible que l'imagination manquerait à ce point!
Comprenne qui voudra....ou qui pourra!
A quand : Saw 7 cesse (!!!)

Le sourire est encore là lorsque je trouve ce scoubidou géant fait avec un tuyau d'arrosage (comme quoi, le budget ne fait pas tout!)




J'ai même trouvé une bulle sans pylone pour les intellos qui reconnaitront une sortie de Woody Allen.



Ou encore cette affirmation qui m'a scié!



...Mon matou ferait n'importe quoi pour des croquettes...

Et ce dernier brin de poésie pour une rue que j'ai arpenté bien des fois:



Ce coeur minuscule à la place d'un point m'a touché bien plus qu'il n'aurait dû...
Nostalgie quand tu nous tient!
(c'était il y a 30 ans presque tout rond, un autre anniversaire!)

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 07:37

Toutes les ruelles qui montent vers le Sacré Coeur conservent un charme d'autrefois.



La verdure omniprésente laisse un goût provincial à ce quartier touristique.




...Toute une faune atypique du reste de la capitale...

Montmartre greffier

...font de Montmartre un coin priviligié de Paris, pour peu que l'on se donne la peine de crapahuter (escaliers et/ou pavés).

Montmartre moulin galette

Montmartre ...toujours... Il y a toujours une place au calme, loin de tout.




On devine à peine le Sacré coeur derrière l'arbre du fond.



Les vignes de la Butte....
...A l'origine de la traditionnelle fête des vendanges.

vignes

Une pléthore de musées, des escaliers à n'en plus finir, de la verdure partout, la place du Tertre, l'épicerie Collignon  (Amélie Poulain) devenue "Chez Ali", une esplanade ouverte sur le toit de Paris, le passe-muraille, le marché Saint-Pierre, le funiculaire, et j'en passe....Ce coin de Paris a tout pour qu'on s'y attache.


Le funiculaire épargnera bien des efforts mais privera de la découverte progressive des toits de Paris... Voir ou rouler, il faut choisir!



Le Sacré Coeur vu de l'arrondissement voisin.
(Les Buttes Chaumont sont dans le 19e)

ButtesChaumontMontmartre.jpg picture by grdd

Une vue imprenable sur ce quartier.
Toutes ces rues qui montent, ces escaliers...
Evidemment, si même les immeubles sont construit en escaliers!
Comme le montre cette autre vue prise 100m au dessus du 15e...
(
voir l'article en cliquant ICI )

 


Difficile de passer dans le quartier en ignorant la Maison Colignon immortalisée par Jeunet dans Amélie Poulain.



Parfois la vue mérite que l'on détourne les yeux du Sacré Coeur, le temps d'un brin de nostalgie...



... D'un Paris avec ses ruelles pavées, ses escaliers interminables à se rompre les chevilles (ou se casser un talon), un état des lieux plutôt bien entretenu, pour le plus grand plaisir des promeneurs.

Il n'y manque que le fond sonore et métallique d'un orgue de Barbari, ou le cri d'un "viiiitrier" ou d'un '"Réééémouleur" pour repartir quelques décennies en arrière...
Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 08:00

Facile le jeu de mot?

Une expo est en cours dans le 14e, "Graffiti - Né dans la rue" à la fondation Cartier.
Avec une façade en constante évolution qui attire (bien) l'oeil.



C'est même la 1ère fois où je voyais une palissade se faire taguer devant  une compagnie de CRS (lieu de passage de la manif' de Jeudi).




Une expo sur l'histoire des tagueurs  graffeurs.
De bien belles choses à voir et des infos à collecter grâce à des plaquettes bien remplies.



Des oeuvres à voir.



Mais en regardant de plus près....



.... Sans détour ...
Le graffiti, ce jour là, m'a bien semblé être resté dans la rue!

Cette dernière vitrine du Bd Raspail m'a laissé sur ma faim




Récemment, je suis passé par la galerie d'Agnès B. pour "Graffiti Etat des lieux"
( Voir l'article
ICI )
Une expo ou les artistes montraient/ (se) cherchaient une nouvelle voie d'expression, un état des lieux de leurs recherches artistiques.

Ou encore  
ICI   (expo Mr Chat, Mésnager, Popoff...)  et ICI   (expo Miss~Tic) où des artistes des rues passent au salon.

J'avais craqué pour la collection Gallizia (voir 
ICI ) ou des graffeurs de tous les horizons se sont rencontrés autour "d'un t'aime" ....

Le tag semble enfin en phase d'être reconnu comme une forme d'expression artistique, mais à l'étaler de galeries en expositions, je ne suis pas certain qu'il n'y perde pas son âme!

Récemment j'ai vu en grosses lettres jaunes vers la porte de Bercy:
 "SI LE SILENCE EST D'OR, LE BRUIT EST DE BETON".
C'est un hurlement dans l'esprit que je reconnais au tag.
Un slogan underground qui fait mouche...pour peu qu'on daigne ne serait-ce que détourner les yeux pour le lire!

Tout comme les couleurs garnissant les culs d'entrepots et les palissades à n'en plus finir le long du canal de l'Ourcq.



Ces surfaces de béton colorées me sembleraient bien vides sans ces tags, leur continuelle évolution apporte du sel à chaque promenade.
Mais qui s'arrête vraiment pour les regarder?



Pourtant un certain talent sous-jacent me semble bien être présent....



Passez  jeter un oeil rue Dénoyez,  dans le 20e....



... Des vitrines incroyables...



... Des idées à fleur de béton, de goudron et de châssis métalliques...



Rue J. Lacroix (20e) , G. Tailleferre (19e), la pointe Poulmarch (10e), les recoins du 11e et du 13e, tout du long de la Petite Ceinture...

 



Des emplacements volés, tolérés ou proposés ....



... sans les tags ils ne seraient pour la plupart qu'une surface grise et sans âme.

Des artistes osent l'éphémère pour s'exprimer.
Ils font de leur mieux pour attirer un regard.
Celui que les publicitaires habitués à nous inonder de couleurs et de sensations ne paviennent même plus à capter...

Est-il alors nécessaire de payer un droit d'entrée de 6€50 pour apprécier sous vitrine ce que l'on ne sait pas voir dans la rue?

Repost 0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 08:45

Voici une des entrées du plus vieux marché de Paris:
Le marché des enfants rouges



Nommé ainsi parce que les enfants abandonnés et recueillis ici étaient habillés en rouge.
C'est aujourd'hui un coin où les associations du quartier sont trés présentes.



C'est un endroit trés particulier à mes yeux:
Avec une halle couverte qui reste à dimension "humaine", les étals y sont donc limités, tout en restant vivants et riches en couleurs.





Prés d'une vingtaine d'échoppes dans leur 'boîte à stores roulants' les rapprochent plus des bouquinistes que des habituels stands de marché...



...Rendant une ambiance vraiment particulière, entre la boutique et l'étalage.
J'y passe toujours avec plaisir. 



Un peu partout, il ne faut pas oublier de lire les affichettes (artisanales), souvent pleine d'humour, des associations du quartier... laissant une impression forte sur leurs caractères.



c'est un univers cosmopolite.
Les spécialités régionales et internationales y sont brassées.



Spécialités italiennes à emporter de ce coté de la boutique, de l'autre, le même marchand est restaurateur.

Parce que le plus incroyable est bien là:
En bout de halle, des boutiques vendent leur spécialités culinaires et permettent de les déguster. 



Du restaurant Italien au Marocain en passant par le grec, le Japonais, le libanais  et l'afro-antillais...Il y en a pour tous les goûts!



Restaurant est un bien grand mot....
En fait les spécialités sont à emporter ou à consommer sur place.



Le fonctionnement est alors plus proche de la caféteria que du resto:
On choisit...
On régle sa note...
Et on va s'assoir...



Sur la 1ere photo de cet article, les tables sont bien visibles, elles sont en bout de marché, limitant ainsi les passages aux promeneurs venant se restaurer.

C'est à la bonne franquette, sourires et regards complices, on sait qu'on partage quelque chose devenu rare dans nos grandes villes...



Ce jour là, il faisait froid, c'était tout baché = convivialité renforcée!

Là, je vous promets que je ne me sentais plus en plein coeur de Paris!



Personnellement, j'y vais pour entretenir ma nostalgie du Japon....
C'est loin de l'ambiance des bars à sushis!

Soupe miso,  croquettes de cabillaud, sashimi, maki, radis blanc en sauce, thé vert...



Il faut garder la note bien en évidence sur la table, c'est elle qui guide la serveuse!



Ne vous y trompez pas, si les photos semblent "vides", les tables sont souvent bien remplies!



Juste pour faire saliver encore un peu!

Ce restaurant Japonais est le 1er que je trouve sur Paris servant ces spécialités,
plus proche du bento que de la grande restauration traditionnelle.
Pour mon plus grand plaisir...



Attention: ce marché est fermé le Lundi!


PS:
Dans cet espace particulier du marché des enfants rouges, une surprise récompensera les plus curieux...
...Ceux qui auront eu le regard le plus baladeur...ou les plus chanceux!

Jardin partagé du marché des Enfants Rouges

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 08:35
Situé dans le 10e arrondissement, ce passage qui a ses entrées rue du Faubourg Saint Denis s'est fait d'abord connaître sous le nom du passage du Bois de Boulogne, à cause du bal éponyme qui s'y déroulait, avant de récupérer le nom du musée de Madrid.

Créé en 1725 il ne sera couvert qu'en 1925, deux siècle plus tard, une attente idéale vu le résultat.



Ce passage couvert, où encore une fois une rotonde marque un angle, est très lumineux.
Les promeneurs y sont plutôt nombreux, ce qui donne à ce "couloir" un air très vivant. 



De style art-déco, les moulures du plafond ne semblent pas attirer les regards....Pourtant elles ont un charme dingue!
Peut-être les yeux restent ils très (trop) terre à terre!
A la recherche d'un restaurant indien bon marché, ou de la bonne affaire dans un des bacs du disquaire...



Tout un tas de bric à brac donne une ambiance unique à ce passage.
Et un petit détour pour y détailler ses vitrines comme son architecture est tout simplement indispensable.

Dans la série des passages à voir, vous pouvez cliquer sur ces autres articles....
Quelques passages à franchir
Le passage des (petits) Princes. 
Passages contrastés dans le 2e
La galerie Vivienne
Le passage molière
et des  Cours à revoir....
Repost 0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 08:01

Découvrir une fresque murale lors d'une promenade, n'est pas si fréquent que pourrait le laisser supposer la lecture de mon blog.

Le fait de les répertorier, peut laisser croire que les murs de Paris abondent d'oeuvres picturales.
Mais entre celles qui sont aperçues, celles qui ne le sont pas et celles qui disparaissent, vous n'en verrez probablement pas  tant que cela lors de d'une traversée de la capitale!

Et il y a un truc...Il faut regarder, enfin, se donner le temps de regarder.

Un élément du décor ne devient visible qu'à partir du moment où il a déjà été vu une première fois!
Elémentaire mon cher Watson!
Tout le monde sait que 2 sujets imbriqués dans une même image ne sont pas vus simultanément.
D'ailleurs certains ne voient pas prioritairement le même sujet que d'autres, et pour couronner l'affaire, une fois le 2e sujet discerné, il arrive que le 1er ne le soit plus!



Tout le monde connaît cette photo où une jeune fille tête tournée est visible....ou plutôt le profil d'une sorcière.

Dans la ville, c'est pareil!
Des éléments du décor ne se dévoilent parfois que par l'intermédiaire d'un guide (merci Brendufat), d'un temps d'observation plus ou moins volontaire (merci les feux rouges), ou d'un sérieux coup de chance (merci le hasard).

C'est comme cela que j'ai découvert  certains jeux d'artistes comme la fresque théâtrale de la rue Appert  ( 
ICI )
Introuvable pour qui ne va pas se perdre dans les ruelles et les passages.

Mais d'autres petits secrets n'ont pas pour but d'être offert à l'oeil de la rue....
Ils sont le jardin secret du propriétaire des lieux, introuvables pour l'arpenteur de rues ... à moins d'une porte laissée entrouverte.
Parfois ils sont là, simplement, tellement visibles qu'ils deviennent un banal élément du décor...ils crèvent les yeux!

Rive droite, le port de plaisance de l'arsenal, jolie promenade...et une petite trouvaille à repérer.



Beaucoup plus cadrée, l'oeuvre de ce recoin du 13e qui s'estompe dans l'ombre ou la trop forte lumière.
Il n'est pas facile dans ces conditions  de l'apercevoir à partir de la rue...





Revenons au 1er cas, celui près de la Bastille.

C'est une promenade des plus agréables, verdure et clapotis sont au rendez-vous, les voitures sur la chaussée plus haute semblent avoir disparu, un isolement propice à la détente et à la réflexion.
L'automne , chaque année, donne des couleurs superbes aux arbres...Mais en haut de l'immeuble du milieu, c'est toujours l'été!



Un petit coin de paradis pour un privilégié du 12e.



Même en hiver,  les cocotiers restent verts sur son île!



2eme cas.

Entre les perrons de ces 2 maisons une balustrade attire l'oeil.
Mais ce jour là, le manque de lumière m'a laissé sur ma faim!



Je suis donc revenu avec le soleil dans le dos!



Et c'est un coin de Venise qui m'est apparu.
Chacun son paradis!

 

Il faut savoir se donner le temps pour savourer ces trouvailles.
Mes yeux ont glissé sur bien des toits avant d'en trouver quelques unes, mais jamais je n'ai eu le sentiment d'avoir perdu mon temps.

Régulièrement  je suis le sujet d'un haussement d'épaule, un sourire ironique ou un regard vers le ciel...Je le voie bien (plus facilement que certaines fresques d'ailleurs)...

Mon amour propre passe aprés le plaisir de la découverte, c'est mon choix!

Repost 0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 21:52

Le long de l'ile Saint Louis, actuellement des regards géants sont plantés.



Des yeux interrogatifs....



....Inquiétants voire inquiétés....



...Parfois plutôt inquisiteurs...



...Ou juste observateurs...



... Mais toujours trés expressifs !

Ces yeux sont en fait des posters collés à même les murs des berges de la Seine.
Hauts de 6m, ils sont l'oeuvre de JR (http://www.jr-art.net/home/ ).



Ces regards de femmes annoncent un film prévu pour 2010:



"Women are heroes"
http://www.womenareheroes-paris.net/



Il parait même, que pour chacune de ces photos un N° de téléphone gratuit permet d'écouter l'histoire de ces femmes.
(street audioguide)



Je crois bien que je préfère laisser libre cours à mon imagination devant ces clichés restant très expressifs, et aux dimensions surprenantes sinon déroutantes.



Une attraction supplémentaire à ne pas louper pour cette Nuit Blanche Parisienne du samedi 3 octobre (demain).

Petits rajouts (8 octobre), avant la disparition de cette exposition pas comme les autres.

Quai de Bourbon les yeux sont mixés avec les wagons d'un train qui stationne  tout le long de la berge.
Comme tout effet d'optique, dès lors que les yeux sont aperçus, les wagons deviennent difficiles à discerner.



Vous trouverez un regard par voiture.



En queue de train, l'exposition s'étale aussi sur les ponts!



A déguster: une vue unique, dans l'espace et le temps



Pour les retardataires, il va falloir en profiter rapidement parce qu'en moins d'une semaine, les pluies ont déjà commencé leur travail d'érosion...




Pour compléter cette promenade vous pouvez passer chez Balladine par ICI.

Repost 0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 09:10
Petite sortie en vue, pour changer des dernières promenades j'opte pour le coeur de Paris.
La rue de Quincampoix est une source de trouvailles régulières.
Je prends donc, c'est décidé, la direction du mur éclaté!
(J'adore)



Les murs de la sente sont en cours de décapage!
... il va falloir repasser plus tard...
Une prochaine série de posters ne devrait pas tarder à remplacer les précédents!

 

Mais rien n'est perdu...
Toujours dans la ruelle, plusieurs expositions sont en cours, dont  une à la galerie du Jour d'Agnès B, où un golem de Space Invader  monte la garde depuis quelques années déjà.



Aujourd'hui le thème est :


Petite correction: la fin est annoncée, sur place, pour le 08 Octobre.

Une richesse de formes et de couleurs: peintures, dessins, constructions, sculptures, vidéos, mosaïques...
Différentes voies explorées sont ici misent en évidence, variations des habitudes urbaines des artistes.



Voici le pendant aux posters urbains de 36recyclab voir ICI:  "Intersection" un modéle en "dur" 

Cette moitié de Ford décorée semble comme enchâssée dans le mur



Pourtant un peu plus loin, il est évident que ce n'est pas vraiment le cas.
De l'autre coté du mur, l'avant de l'auto est bien là avec une représentation de ses motifs sur la toile qui la surplombe.



Au sous sol, certaines oeuvres ne manquent pas d"humour telle cet aérosol à utiliser en cas d'urgence.



A coté duquel un montage éclairé par un stroboscope ne passe pas inaperçu




Plus haut, un immense smiley recouvre un mur entier.



...Un smiley signé:  Space Invader



Ce coin lui est dédié:
à coté du smartie jaune géant et souriant, une autre oeuvre me rappelle quelque chose....



Je connaissais les mosaïques de Space Invader réalisées en Rubik's cube, le jouet des années 80 (voir ICI)
Mais c'est surtout de ce poster des années 70 dont je me suis souvenu.
La réalisation bien vue a ranimé une petite flamme de nostalgie, pas tant pour le sujet représenté que par l'époque évoquée...
... Un riff de Jimmy Hendix en arrière fond!




Une exposition offrant à une trentaine d'artistes une alternative aux murs de la ville (variations des formes, matières et supports )
A noter qu'une librairie plutôt bien fournie est là pour les curieux de l'art urbain.

Graffiti – « Etat des lieux »
A la   Galerie du Jour  d' Agnes B 
44, Rue de Quincampoix Paris 4e
Du 08 septembre au 8 octobre 2009
Repost 0

Présentation

  • : Paris comme vous ne la regardez pas
  • Paris comme vous ne la regardez pas
  • : Visite inattendue de Paris. Les yeux en l'air, ou au sol. Monuments et curiosités autrement.
  • Contact

Index des articles

Cliquez sur l'éléphant:
 vous accéderez à l'index en images
 et aux liens des articles du blog

Pour me contacter

Cliquez sur l'image.