Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:15

 A chacune de mes sorties, je reviens avec une nouvelle flopée d'images enregistrées sur la carte de mon appareil photo.

 

 

Il faut bien se limiter, et parfois, l'hésitation me fait repartir sans même avoir mis la main sur mon appareil photo .

En parcourant les chaussées de Paris, j'ai eu maintes occasions, mais pas toujours l'opportunité de sauvegarder ces instants souvent trop fugaces.

 

 

Il m'arrive aussi de passer parfois plusieurs fois devant un clin d'oeil avant de me décider à le stocker physiquement.

En fait, dés lors que je pose le pied au sol, c'est joué: ça fini dans la boîte!

 

 

Je dois bien reconnaître qu'étant plutôt bon public, je m'amuse facilement pour une astuce bien sentie....

 

 

... Un simple sticker ou un coup de marqueur bien placé valent autant à mes yeux qu'une oeuvre talentueuse de C215 (voir ICI) ou audacieuse à la façon de Bonom (voir ICI), alors que dire quand l'émotion s'en mêle?

 

 

On perçoit à gauche l'impatience et le besoin de passer le temps ...Alors qu'au milieu ou à droite ce serait plutôt l'obnubilation voire l'obsession d'une recherche personnelle...

 

Feux

 

Emporté par mon élan, je me promets souvent de repasser, bientôt, pour un éventuel cliché.

 

 

A mon retour, je retrouve parfois ce qui m'a fait hésiter, mais l'ambiance n'y est plus forcément.

En fait ces clins d'oeil sortis de leur contexte sont souvent moins alléchants que les souvenirs ponctuels.

 

 

C'est pourquoi j'hésite jusqu'au jour où.... je peste!

Parce que le sourire est parti, éliminé au karcher ou sous une couche de peinture, et je reste, alors, face à mon hésitation.

 

Parfois l'envers vaut bien l'endroit:

Vélorution plus d'une fois j'ai failli photographier un de ces stickers ...

 

 

Un barbarisme  que j'ai retourné dans mon esprit avec amusement et curiosité, à chaque fois que je suis tombé dessus.

 

Certaines modifications ne valent que pour le délire passager:

comme cette interdiction de laisser passer les "pieds tendres"  (ben oui, je lisais Lucky Lucke quand j'étais plus jeune)

 

 

 

Certains "créateurs" ne s'adressent qu'à une frange particulièrement réduite de la population.

Si vous n'êtes pas un initié, l'imagination est alors libre de prendre  le relais....

 

 

Emporté par son élan, par la contagion, ou par le besoin de vider les aérosols?

Voici du grand n'importe quoi.

 

 

Là encore, même si certains éléments restent compréhensibles, l'information reste limitée...

 

 

... Sauf peut-être pour les fans de Léonard de Vinci qui se déplacent en scooter!

 

 

Bon, après correction ce n'est pas si mal...

C'est effectivement rue des Pyrénées que cette plaque a été photographiée.

 

 

Si l'invitation à utiliser un vélib' peut se présenter avec un sourire...

 

 null

 

  ... Il est aussi rappelé que ce mode de transport n'est pas sans risque!

 

 

Et si les panneaux de nos villes  servent de supports à quelques artistes, il ne faut tout de même pas oublier qu'ils sont avant tout un support d'information.

 

 

Il ne me reste plus qu'à souhaiter que cet article ne vous aura pas mis la tête en compteur à gaz....

 

 

 

.......

 

A peine  l'article publié, je trouve de quoi le compléter, avec ces deux sourires trouvés rue Keller (mais les mêmes se retrouvent aussi à Montmartre!)

 

Keller panneau déménagement Keller panneau rétro

 

Une série originale qui détourne les panneaux de signalisation avec un peu d'autocollant, et de finesse.

Je patiente donc, et grand bien m'en prend puisque cette série n'a de cesse d'évoluer...

 

Panneau rue des francs Bourgeois

 

.... Toujours avec autant d'humour, que se soit dans le Marais...

 

Panneau Grange aux Belles

 

...ou quai de Jemmapes.

 

 

 Panneau-rue-Charenton.jpg

 

Tout dernièrement (novembre 2012) c'est rue de Charenton que je fus pris d'un fou rire!

Celui-la, il ne plaira pas à tout le monde....

 

Malgré tous les sourires, je tiens à préciser que la dégradation de panneaux de signalisation est sanctionnée par la loi. 

- article 322-1 du code pénal ( destruction, dégradation, détérioration, inscription)

- article L 412-1 du code de la route (entrave à la circulation )

- article R 412-51 du code de la route ( refus d’obtempérer )

- articles L 116-1 à L 116-8 du code de la voirie routière

- article R 116-2.1 du code de la voirie routière



Panneau Grange aux Belles2



 .... Mais ces maquillages sont tout de même bien vu!

 

Nouvelle année (2012), nouvelles trouvailles.

 

Il faisait froid le mois dernier, et la moindre des choses était de sortir bien couvert, comme le proposait ce panneau rue des Petits Carreaux:

 

 

 

A droite, vu à la Cité du Vauxhall, Léo et Pipo proposaient même de se laisser pousser la moustache (pas si simple pour les petites filles!)

 

Et, toujours dans le 10e, il y avait même une interdiction de stationner pour les gros nuages gris ....

 

 

.... Mais ces derniers semblaient bien s'en moquer!

 

Pas plus raisonnable, ce clin d'oeil à Léonard de Vinci qui semble exiger de ne pas boucher le passage...

 

 

.... sauf pour les pompiers et les cyclistes!!!

 

J'ai bien aimé cette variation: "passage interdit aux fées"

 

 

Une probbale tentative d'arrachage a transformé "l'Homme Universel" en Elfe.

 

Toujours dans la variation: une reprise qui se propage bien dans les rues de Paris:

 

 

Et un dernier coup de coeur pour ce coin des Halles:

 

 

 

 

Mai 2012,

Pour le moment les panneaux transformistes continuent de proliférer dans les rues de Paris.

 

 

Si certains sont bidouillés à la "va comme je te pousse", d'autres sont clairement préparés...

 

 

 

... Mais seule une série garde cette poésie attachante, comme pour ce ramasseur de fleur (devant un fleuriste!)

 

 

...ou ce rectangle blanc mégalomane...

 

 

Et tout comme ce passage protégé.

 

(merci à BA pour l'adresse)

 

L'auteur de ces dernières transformations s'appelle Clet Abraham, tout en conservant l'information nécessaire, il a su y mettre ce grain de sel au coin des rues qui, infailliblement, me laisse un sourire.

 

L'intégralité de mon album des panneaux parisiens transformés est ici:

http://www.facebook.com/media/set/?set=a.3407605786506.2142005.1160767890&type=1&l=4a4546025f

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 11:10

Il y a déjà plus de 3 ans, une série de personnages longilignes ceinturés d'une bouée squattait les murs de Belleville. Je les avais surnommés "les baigneurs de Belleville" (voir ICI).

Pour rappel, voici un de leurs représentants, qui flottait rue des Couronnes.

 

null

 

Ces collages, tous différents, et qui inondaient les rues du 20e étaient bien mystérieux:

seul le nom de "Gugusse" semble avoir transpiré à l'époque.

 

Les pluies et les Kärcher ont fini par avoir raison de ces posters, livrant les murs à d'autres mains talentueuses (ou pas!)

 

Mais le mystérieux auteur des "Gugusses" à bouée, n'en est pas resté là!

 

 null

 

Clairement, les mêmes individus, ont troqué, cette année, leurs bouées pour des échelles.

 

 null

 

Parfois, ils font même référence à leurs ancêtres, comme ci dessus, près de la Maroquinerie...

 

 

... En tout cas, ils sont montés en grade!

 

null

 

Toujours en haut de l'échelle...

 

Gugusse rue du Liban

 

.... Ils sont passés du niveau d'apprenti nageur à celui de surveillant de bain...

 

Gugusse Ménilmontant1

 

Ascenseur social?

Parfois les échelons ont disparus, mais le bénéficiaire est bien resté, toujours là, à sa place...

 

 Gugusse trace

 

D'autres fois, la place est devenu vacante, et seule l'ombre de l'ancien occupant subsiste!

 

Un pavé dans la Mare?

 

 null

 

Toujours est-il que ces observateurs ne sont pas postés n'importe où...

 

null

 

... Et parfois même ils surveillent en silence des endroits bien stratégiques...

 

 null

 

 

 Plus Récemment, j'ai découvert ces 2 là.... Ni bouée, ni échelle.... Chaînon intermédiaire ou nouvelle série?

 

Gugusse Vilette

 

 

Mes autres articles à propos des gugusses de P. Hérard:

Les baigneurs de Belleville 

Des gugusses qui montent  

Gugusses saison 3

rois des gugusses    

Les gugusses sont de retours!

Repost 0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 08:28

Si d'aventure vous visitez les hauteurs parisiennes, et tout particulièrement la butte Montmartre  (mais ça "marche" ailleurs aussi!),  je vous conseille de garder un oeil au sol (car c'est plus prudent dans un escalier)....

 

 

.... Mais de jeter un regard en l'air aussi....

 

 

.... Avec l'autre oeil, si vous devez pratiquer de l'orthoptie!

Mais rien ne vous empêche de stationner sur les marches et de regarder avec vos 2 mirettes!

 

 

Il y aura de fortes chances que vous découvriez que vous aussi, êtes observé!

 

 

Tout autour du Sacré Coeur, les lampadaires prennent des couleurs et des expressions diverses et variées.

 

 

Ces expressions stylisées se retrouvent à divers endroits de Paris...

 

 

.... Je vous laisse le soin de les trouver!

 

Mais je vais vous laisser un indice, parce que je tiens à partager l'incroyable surprise qui m'attendait dans le 20e:

 

 

J'ai ce cas à lier aux réverbères!

 

A voirICI l'ecalier avant son antropomorphisme

Repost 0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 09:22

De nombreux pignons parisiens possédent des échelons métalliques.
Utilisés pour la maintenance de la zinguerie et des cheminées, ils le sont de plus en plus aussi par des artistes un rien mégalo... et pas sujet au vertige pour un rond!




Etre vu de plus loin en plaçant des oeuvres surdimensionnées le plus haut possible, le pari d'un de ces artistes qui signe BONOM?




Il est bien caché celui là!

Ces tags ne sont pas si visibles que cela: le passant pressé ne lévera certainement pas son regard vers les cheminées de Paris avant de s'engouffrer dans son métro.



Pourtant cette série basée sur le thème des poissons possède un charme bien réel avec son rappel de motif à des dimensions différentes.



J'ai été tenté d'utiliser cette arête centrale comme poisson d'Avril.



Récemment j'ai retrouvé cette fabuleuse chimère peinte sur 3 étages, j'hésite toujours entre:
Une chauve souris, un dragon ou un buffle!




Ici pas de doute: c'est une colonne vertébrale qui semble avoir subi une arthrodése avec ces agrafes!
Une oeuvre qui m'a bien fait sourire.



Désormais, n'oubliez donc pas de lever les yeux, entre les cheminées et de vertes terrasses  se cachent parfois des clins d'oeil à ne pas louper.

Entre Bastille et République un drôle d'oiseau  trône sur les toits...



Et sur le boulevard parallèle, toujours sur la longueur d'une échelle de service un échappé de Jurassik Park semble avoir trouvé la sortie.



Changement d'arrondissement (12e) pour ce magnifique Minotaure surveillant le dédale des rues menant à son antre.
Les deux dates indiquent probablement les différentes couches: 2008 pour le noir, 2009 pour le vert.



Magnifiques fresques aux dimensions incroyables (plusieurs étages), je ne sais pas comment l'artiste utilise ces échelons pour ses réalisations, mais sa marque de fabrique m'impressionne tout autant que son talent.



Voila Ann....Je pense avoir trouvé celui prés du quai de Jemmapes.
Avec tes renseignements et ses dimensions, je n'aurai plus qu'à changer de lunettes si je l'avais loupé! (mur repeint depuis fin 2009)

Voici mes dernières trouvailles de Bonom:



Rue Charlot et ci-dessous rue du Chemin vert.



Et face à la place Fréhel (merci à Elilou pour l'indication).

Rue de Belleville

Je pensais à des esquisses, annonçant des oeuvres plus colorées.
La signature semble prouver le contraire...
Malgré leurs dimensions, ces créatures nébuleuses, comme issues de la pollution urbaine sont assez discrètes, somme toute:
Le dernier trouvé date pourtant de ... 2006

Dans le 11e, trois autres volatiles sont à retrouver.
3 ans déja qu'un de ces flamands campent dans cet arrondissement.

Il ne va pas rester longtemps ici, celui là...



Si les gros plans permettent dans apprécier les détails...



... Une vue plus large n'est pas sans charme!



Toujours dans le 11e, cet escargot m'aurait échappé sans le renseignement d'Elilou.



A voir: une vidéo de l'artiste en action ICI

Et ICI (aprés ses démélés avec la justice belge) une interview de Bonom partageant ses réflexions sur le street art.

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 20:14

Si d'aventure, vous aviez l'occasion d'emprunter le passage du bureau (11e), il ne fallait pas se priver de quelques minutes de plaisir;

 

De l'avenue Philippe Auguste, quelques couleurs attiraient l'oeil.

 

C215 Passage Bureau

 

C'est ce visage aux tons ocres qui a capté mon regard...

C215, une signature que je vous ai déjà présentée   ICI  ou  ICI

 

Ensuite le regard glisse sur les murs où une série d'images se succèdent

Impossible de tout apprécier d'ici, la curiosité prend alors le relais et m'entraîne plus avant dans le passage.

 

 

 

Une oeuvre collective de la 2nde4 du lycée Dorian...

 

 

 

 ... qui offre des graphismes fins dans une succession de cases...

 

 

 

  ... les préoccupations quotidiennes des adolescents apparaissent à fleur de murs...

 

 null

 

.... Pour peu qu'un (ou deux) ado(s) cohabite(nt) dans votre foyer... 

 

 

 

... vous vous sentirez nécessairement concerné (ben oui, encore l'année dernière, j'en avais 2 à la maison).

 

 null

 

... entre les besoins impérieux, les obligations, les interdictions... 

 

 

 

... l'école, les loisirs, les envies, les plaisirs... 

 

 null

 

... c'est leur vie qui est en couleurs sur ces murs.

Laisser nos enfants décrire leur monde, leur donner les moyens et les laisser s'exprimer...

... et ne pas oublier de les écouter, les lire ou les regarder, et se rappeler de notre propre adolescence.

 

 

La fierté qu'ils ont à montrer leur travail, doit être à la hauteur notre propre fierté ... de parent.

 

 

Plus loin, un avant goût des vacances...

 

Passage Bureau fresque2

 

... derrière une grille!

Un petit bricolage permet d'obtenir une image complète.

 

 

Je regrette pourtant que le manque de recul casse un peu la perspective.

 

Et je repense au regard de C215 qui m'a amené jusqu'ici.

Sans lui, je n'aurai jamais su que les habitants de cet immeuble, tout au bout du passage, passent par la plage pour rentrer chez eux!

 

Ni qu'avant de partir pour aller, peut-être, au bureau....

 

Passage Bureau 0

 

... une immense bouche leur susurre une bonne journée!

 

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 09:42

"Avoir du talent et qu'il soit reconnu c'est bien, pouvoir en vivre, c'est mieux!"

  C'est une petite phrase glissée par Pierre, Artiste Ouvrier, qui m'a poussé à revoir le fond de cet article qui ne devait-être qu'une présentation de portraits en noir et blanc trouvés dans les rues de Paris.

 

 

Street art.

 

C'est une expression qui semble se situer entre l'effet de mode, le dernier cri de l'art contemporain, et l'insulte pure et simple. Entre: " la découverte du dernier talent caché, et le tout juste bon à noircir un coin de rue".

 

Mais pourquoi douter de l'existence d'un réel talent au coin de la rue?

 

 

Oser laisser son travail au jugement de chacun, à la portée de n'importe quel oeil, n'importe quelle main, me semble même en être une preuve supplémentaire.

 

Association fresque Européen

   

Bien sûr, il y a ceux qui sont reconnus, et qui peuvent désormais régulièrement profiter de la mise en avant de leurs oeuvres dans une galerie.

Miss ~Tic (voir ICI ) en est certainement l'exemple type.

 

  

 

A force de remplissage d'espaces publics, certaines "pattes" finissent aussi par être (re)connus ... au moins par les curieux et les promeneurs!

Que ce soit par la technique utilisée (stickers, posters, pochoirs....), la topographie des emplacements squattés ou l'émotion véhiculée. 

 

Mare-poster.jpg Pitr pont aux choux 

 Actuellement, les clins d'oeils du début du siècle dernier de Léo et Pipo sont en pleine recrudescence dans les rues parisiennes.          Les portraits de Pitr eux se font plus rares.

 

Il y a ceux qui ont leurs espaces privilégiés, comme les squares parisiens pour Rue Meurt d'Art:

 

Square Bucq3

Charlot sur son postérieur semble bien avoir été "shooté" par des chenapans de bac à sable!  

La série que j'ai nommée "Les sentinelles"  va du Marais jusqu'à Belleville et squattait régulièrement les cadres des fenêtres condamnées.

 

    Sentinelle Archives  Sentinelle rue des Cascades  Sentinelle Pastourel

  

Il s'agit pourtant d'une reconnaissance à double tranchant.

Offerte à tous et libre de droit .... une technique reste susceptible d'être appropriée par un copieur indélicat, pour un profit immédiat.

Une reconnaissance spoliée.

Et d'ailleurs, combien de fois ai-je moi-même présenté des curiosités sur ce blog sans en connaître parfaitement les tenants et les aboutissants?

 

C'est certainement le prix à payer pour  "s'être exhibé" dans la rue.

 

Combien de fois ai-je tiqué ou craqué sur une courbe, une ligne, un regard ou une phrase peint sur un mur?

 

Disque Galande

 

Combien de sourires en coin ai-je surpris, en photographiant le dos tourné à un monument célèbre?

Ou lorsque mon objectif était dirigé vers une plaque d'égout, ou un coin de mur?

Et je veux bien reconnaître que les regards puissent être d'abord attirés par certaines de mes positions avant de découvrir le sujet de mon attention.

 

Portrait Gaz'art Place Goudeau  Portrait Place Abbesses

 

Combien de fois ai-je souri en entendant un "Tiens, t'as vu ça?",  faisant suite à la prise d'un de mes clichés?

A plat ventre, le coude dans l'eau, le long du quai du canal Saint Martin.

En équilibre sur le haut d'un mur, ou sur la selle de mon vélo....

Des acrobaties réalisées pour bénéficier d'un meilleur angle, d'une meilleure incidence lumineuse, juste pour compléter une série de clichés!

 

Pour restituer un sentiment, ou une réaction, le plus fidèlement possible, un angle de vue bien choisi me semble plus explicite qu'un chapitre complet.

 

 

   

L'interrogation et le sentiment suscité ne sont plus les mêmes si un portrait est pris de face, isolé ou en tenant compte de son échelle, de son environnement. 

 

Poster Mauconseil2   Poster-Mauconseil.jpg

 

Plus ou moins caché, dans un coin, un autocollant ou une façade entière....

 

Je tends à restituer l'esprit de mes trouvailles, et pourtant, ce que je dépose sur ce blog est déjà passé à la moulinette de mon imagination:

 

Poster Louvel Tessier

 

Si parfois les émotions se bousculent, j'imagine parfois un sourire, destiné,  à une personne précise....

 

 Poster Norvin

 

... Un clin d'oeil aux habitants d'un quartier, "en famille, ou entre amis", comme rue Sibuet, où une série de feuilles a été collée.

 

        1      6

 

Démarrant par un smiley et finissant sur un portrait de jeune fille triste.

 

1233b456 

 

Lors de mon passage, il manquait déjà la 3e étape de la série, je me suis permis de la "recomposer" pour en faire une animation :

 

Des perles offertes à tous... ou presque.

Car pour les découvrir, il faut laisser vagabonder son regard, explorer les recoins et les trous d'ombre.

 

Pochoir verrerie  Poster Verrerie

  Sur mes 1ères photos, ce personnage de la rue de la verrerie, en hauteur et en contre jour, était à peine discernable, aujourd'hui, "les couleurs" sont totalement délavées. Jamais vraiment visible.

 

Volonté délibérée de ne s'offrir qu'à certains regards?

 

Rue du Retrait, qui voit ces portraits pourtant offerts à tous.

 

portrait retrait

 

... Au ras du sol, à portée de leurs seules mirettes, il n'y a guère que les bambins de l'école maternelle toute proche qui semblent les voir.

 

portrait retrait2  portrait retrait3

 

Et lui, bien en évidence à l'intersection des rues Quincampoix et Aubry le Boucher, pourquoi était-il là?

 

Quincampoix

 

Le street art.

 

Comment définir et juger une association de facettes si nombreuses (graph, tag, pochoir, post'art, sticker....)?

Moyen d'expression, générateur d'émotions ou production alimentaire?

Pollution urbaine ou à posséder dans le salon?

 

Chacun nuancera en fonction de ses attentes, de ses rencontres et de ses goûts.

Mais de façon évidente, depuis que je les recherche dans Paris, les villes dépourvues de ces décorations murales, m'ont semblées bien fades à visiter.

Repost 0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 12:20

Certains artistes de rues ne trouvent pas immédiatement leur place sur mon blog.

Ce n'est pas lié à un jugement de ma part. 

Des gens comme Némo, Jef Aérosol, Oak mériteraient largement que je me fende d'une rubrique dédiée.

 

Mais voilà, je garde mes photos dans un coin...

un peu par paresse,

un peu par manque de temps,

un peu pour ne pas dénaturer le talent par un esprit d'inventaire,

un peu aussi parce que je ne veux pas être (trop) superficiel envers un talent certain.

 

Mimi the Clown

 

J'ai bien évidemment tilté sur sa série de posters reprenant le motif de Space Invader!

D'autant plus qu'ils se retrouvaient pour la plupart  à proximité d'une de ses mosaïques...

 

 

 

Puis vint la série des clowns.

Des pochoirs en deux tons trés fins et plutôt variés se retrouvent aux endroits clés des "grapheurs"

 

 

Du 20e au 6e, en passant par le 11e ou le 4e ....

 

 

... les espaces habituellement squattés par les tagueurs, sont (ou ont été) marqués de son style et de son nez rouge (ou bleu).

 

 

 

 

PITR 

 

A cause de leurs similitudes:

Des pseudos clownesques.

L'utilisation de la technique du pochoir.

D'un gros rond en forme de nez de clown sur le "I" de PITR),  je pensais qu'il s'agissais de la même personne.

...Ou d'une association (très) étroite ...

 

Actuellement (2010), des portraits réalisés au pochoir sont un peu partout dans les rues parisiennes.

 

 

Des portraits certainement commandés sur la vitrine de cette librairie du 11e

 

 

et signé:  PITR

Mais c'est bien une variètè de plus en plus riche de personnalités qui se retrouve dans les différents quartiers de Paris.

 

Si les premiers pochoirs étaient monochromes, voire en deux tons ...

 

 

 

... l'artiste est passé aux dégradés, rendant ces oeuvres de plus en plus fines.

 

   

 

... et de plus en plus expressives,...

 

 

 

 Sa technique maitrisée, les modèles semblent se multiplier,

 

 

 

renouvellant le plaisir des yeux à chaque promenade.

 

 

Godard trône dans le 11e

 

 

Un amour caché dans le 3e?

 

 

   

 null

 

Serait-ce un autoportrait ?

 

  

 

Repost 0
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 08:42

La campagne à Paris (voir ICI),  c'est un dépaysement garanti pour le promeneur urbain., un des coins bucoliques de la capitale.

Et pourtant ...

 

 

... Orwell qui inspire la "1984 crew" est déjà là!

 

En début de promenade, l'hôpital Tenon passé, avant même d'être arrivé aux limites de la ville, mes yeux sautent déjà de fleurs en fleurs ...

 

 

L'an passé, j'avais présenté ces fleurs (voir ICI) de Nowart rue de la Py.

 

 (Août 2010)

 

Elles semblent s'y plaire et, loin de végéter elles tendent au contraire à proliférer, comme le montre ces photos!

 

 

Voilà des fleurs enlacées qui annoncent un début de balade champêtre.

 

 

 A plusieurs reprises, perdu dans la verdure, un pochoir fait son travail de sape...

 

 

... incitant à prolonger toujours un peu plus la promenade, ....

 

 

... à "prendre le temps" .

 

Suivant ce conseil, j'emprunte cette dernière rue...

 

 

... et une pléthore de pochoirs attirent implacablement le regard.

 

Mais ce que j'ai apprécié tout particulièrement, c'est la porte entrouverte.

Car, contrairement à la plupart des quartiers de Paris, où les portes cochères claquent (ou sont claquées) au ras du nez, ici, comme une invitation à la curiosité, cet entrebâillement titille la curiosité...

 

J'en oublie les allégories colorées tout autour du portail (j'aurai tout le temps d'y revenir plus tard).

 

 

Suivant l'invitation de cette silhouette lovecraftienne...

 

 

... je découvre un jardin partagé, dans lequel j'imagine des discussions jusqu'à tard dans la nuit, digestif à la main, ciel étoilé en couvre chef.

 

Seulement après mon regard se fige sur cette créature:

 

 

C'est du Bibi!

Certainement issu de l'imagination de cet artiste qui recycle les bidons et autres objets en plastique, ce poisson semble bien être sorti tout droit de son arche  (voir ICI)

 

Seulement plus tard je décroche mon regard et me souviens, juste avant de partir, qu'il me reste 2 ou 3 petites choses à regarder de plus près!

 

 

Une série d'arches qui me rappelle, par association d'idées, que nous sommes à proximité de la rue de la Dhuys.

 

C'est un lieu où la clé n'est pas sous le paillasson, et où il n'y a pas de chien méchant....

 

 

 

... mais un piaf qui semble pouvoir choisir à qui laisser sa clé, et une annonce fleurie:  "sorcière" !

 

  

 

Évidemment! Comment imaginer autre chose...

 

Un dernier regard circulaire avant de reprendre le chemin du retour.

Une dernière curiosité fige mon regard. Je suis loin, alors je zoome, clic-clac la photo est prise.

 

 

Par simple précaution, je regarde le minuscule écran LCD à l'arrière de mon appareil....

 

 

.... La photo est correcte, le visage est bien là!

Je reste un moment captivé par ce visage sur fond blanc tagué entre les 2 murs de briques à gauche de la maison.

 

La décision est prise, je descend de mon vélo et me rapproche pour en avoir le coeur net...

 

 

 

Sorcellerie?!

Il y avait pourtant un avertissement!

 

 

Comme pour le jeu des nuages, les yeux  trouvent ce que l'esprit (conditionné) recherche!

 

Je ne suis tout de même pas reparti de ce quartier sans un dernier trésor....

 

 

 

Et des souvenirs fleuris.

Repost 0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 08:51

Mes départs de promenades parisiennes partent nécessairement pas très loin de l'ancien dépôt RATP du début de la rue des Pyrénées.

 

 

J'y passe donc régulièrement pour voir les dernières couches posées.

 

 

En voici quelques unes que vous ne verrez plus...

 

 

Des portraits bien éphémères ...

 

 

... Même si certains le sont bien moins que d'autre!

 

 

Comme ce buste féminin, qui tient le haut de l'affiche depuis plusieurs mois déjà...

 

 

Peut-être à cause de l'hiver ou serait-ce par pudeur?

En voilà une qui perd peu à peu de sa nudité!

 

 

 

Une muscle car ...

 

 

... Et un galion semblent bien perdus, ici,  .... 

 

 

... noyés sous des graphs multicolores.

 

 

Probablement perdu aussi, semble être ce dinosaure qui lorgne une île lointaine...

 

 

...comme pour se protéger d'un prochain changement climatique.

 

La part belle est faite aux personnages rappelant l'univers de la BD...

 

 

 

Que ce soit sous forme de clin d'oeil ... 

 

 

... plus ou moins satirique.

 

 

Utilisant les techniques graphiques du manga...

 

 

... ou des comics.

 

 

Ces personnages sur-puissants tout droit sortis de nos lectures d'hier....

 

 

... comme The Silver Surfer ou Venom...

 

 

...  ne feront pas leur loi bien longtemps sur ces murs!

 

Inlassablement et avec humour, JPM se superpose sur lui-même contre l'ancienne porte d'entrée du bâtiment.

 

 

 

 

ICI et ICI vous trouverez d'autres couches posées sur ces murs de la rue des pyrénées.

Repost 0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 23:37

C215 dans le 13e... des couleurs qui claquent sous les rayons d'un soleil enfin de retour.

 

 

 Les mêmes couleurs, pour un résultat différent ont été déposées par Caveman, sur ce mur de la rue Louvel.

 

 

Ici,  j'ai enfin retrouvé l'encens découvert au Népal .... et un portrait du yéti

 

 

Plus loin, un portrait monochrome plutôt inquiétant...

 

 

Reflet d'une psychose ou art moderne?

Encore de la monochromie pour cet autre visage bien plus paisible...

 

 

Serait-ce à cause d'une technique moins tourmentée ou de la couleur bleue utilisée?

 

 Taxi Fish et chateau flottant .... Même le scooter semble à sa place le long de ce quai du 10e!  

 

 

Rue St Maur ... encore un portrait. Il reprenant les couleurs du parcmètre ...

 

 

.... Harmonie ou faute de goüt?

 

 Passons à d'autres zèbres!

 

 

Comme le corps blanc qui est à la recherche d'une idée rue Lhomond

 

 

Mimi Cracra l'eau elle aime ça.....  

 

 

Mais avec cette peinture argentée, seul un rayon de soleil la révèlera ici!

 

J'adore Nemo qui se fait ruer dans les poubelles de la rue Saint Jacques...

 

 

Tout comme ce rhino qui faisait du vélo rue Alibert!

 

 

Rarement présenté sur ce blog, voici zoo project et une de ces oeuvres surdimensionnées

 

 

Mais il est déjà temps de s'en retourner....

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Paris comme vous ne la regardez pas
  • Paris comme vous ne la regardez pas
  • : Visite inattendue de Paris. Les yeux en l'air, ou au sol. Monuments et curiosités autrement.
  • Contact

Index des articles

Cliquez sur l'éléphant:
 vous accéderez à l'index en images
 et aux liens des articles du blog

Pour me contacter

Cliquez sur l'image.