Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 10:54

Les Gugusses sont ces personnages qui apparaissent  sur les murs de Ménilmontant à chaque été.

 

En ce qui me concerne, c'est la 3e série que je repère. Chaque année a son thème:

Adaptés à la saison, les Gugusses de la 1ère génération (du moins pour moi) portaient tous des bouées.

(A voir ICI )

 

Rue de l'équerre

 

L'année dernière ils avaient pris de l'échelon ....

 

null

 

.... et ils étaient tous grimpés sur des échelles.

(A voir ICI)

 

  Cette année, les 1ers sont arrivés un peu avant l'été...

 

 

 

.... Pas (encore) très nombreux (comprendre envahissants), ils ont la particularité de jouer les funambules sur une boule de papier journal.

 

 

Ils sont superbes!!!

 

 

Décidément, je craque toujours autant pour ces silhouettes fluides en clair-obscur.

 

 

 

Je suis même encore plus accro de ces acrobates que de leurs prédécesseurs!!!

 

 

 

J'aime beaucoup leurs gesticulations, et les lieux choisis pour s'y exercer.

 

 

J'ai eu bien du plaisir à prolonger ma rando, à la recherche de ces nouveaux Gugusses, merci à l'artiste qui m'a fait profiter de cette belle journée!

 

Pour Carla, voici quelques crops des patchworks constitués d'articles de journaux:

 

Photobucket

Il semble plus que l'artiste (Philippe Hérard) tiennent à nous présenter des funambules de l'info....


Photobucket

... ou des individus malmenés par la tournure de leur(s) quotidien(s)...


Photobucket

... qu'un message particulier suggéré par les articles eux mêmes.


Photobucket

 

 

Mes autres articles à propos des gugusses de P. Hérard:

Les baigneurs de Belleville 

Des gugusses qui montent  

Gugusses saison 3

rois des gugusses    

Les gugusses sont de retours!

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 11:20

 

 

 

Il m'aura fallu presque dix ans pour les collecter, je fus bien aidé dans cette quête par plusieurs lecteurs du blog, et je les en remercie.

 

Regrouper ces mosaïques n'est pas d'une fin en soi. Il s'agit plutôt des témoins, des balises, de mes promenades dans les rues de Paris.

Je suis content de les avoir dans mes fichiers, mais encore plus de les avoir vues.

Je me suis toujours refusé d'utiliser mes livres pour une collecte systématique en suivant les plans fournis par Invader lui-même, préférant de loin le plaisir de tomber dessus "au petit bonheur la chance"...même si mes promenades prennent un tour systématique, en recherchant les chemins pas encore empruntés.

 

Au total, vous trouverez sur ce blog:

 

1005 space invaders sont actuellement recensés et localisés (dont 975 sur Paris intra-muros).

(les mosaïques exposées dans les galeries ne sont évidemment pas comptabilisées)

- 72 autocollants (dont 71 à Paris)
- 93 mosaïques "copycat": des personnages stylisés apparus depuis fin 2010

- 10 pochoirs (plusieurs réalisés par Pitr).
- 3 mosaïques remplacées par un copieur* (une quinzaine sont disséminées sur Paris).

- Des vaisseaux en légo reprenant celui de Galaga apparaissent dans le 4e (02/2011) ne sont pas comptabilisés.

- 45 mosaïques "copycat" représentant des soignants casqués ("Mettaur" personnage du jeu magaman)placés sur un parcours en forme de croix (non intégrés au décompte)
- une petite dizaine de copycat d'anciennes mosaïques signée RV (non comptabilisées)

 

 

Merci pour vos commentaires et vos mails qui m'aident à poursuivre ce blog sous cette forme au lieu d'une simple galerie de photos.

 

Dedicace.jpg

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 18:26

Article publié poursur Obiwi.fr

Il était une fois, il y a quelques années, un squat rue de Rivoli.

Des artistes s'y étaient regroupés sous le nom les Electrons libres.

Un creuset bouillonnant jouant avec les formes, les couleurs et finalement avec la société...





Occupant le vide au coeur de la capitale, transformant cette carcasse Hausmanienne en gîtes et en ateliers.
Le temps d'une promesse électorale, la société a récupéré ces électrons libres pour reconstruire le noyau.

Une fois rénové, le 59 rue de Rivoli, vient d'être restitué pour un loyer symbolique à une vingtaine d'artistes à l'origine du mouvement.
Cet évènement ne s'est pas fait sans renfort de publicités et d'annonces dans les médias, mais il a le mérite d'avoir eu lieu.



D'un immeuble vétuste, à la sécurité précaire, succède des murs lisses, blancs, et sentant encore les travaux...
Un ensemble d'ateliers ouverts à tous, avec un hall d'exposition.
Alors, cadeau, mécénat ou (ré)intégration?

Une fresque en haut de la cage d'escalier rappelle l'ambiance laissée par les derniers occupants d'avant, mais la réappropriation de l'espace n'est pas aussi aisée qu'il semblerait ...



Quelques tabous face au neuf commencent certes à fléchir, tels la "personnalisation" de certains luminaires ronds, bouton d'uniforme des pièces de l'immeuble.
Des cloisons encore un peu vides et des planchers bien encombrés signent un emménagement récent.
Il est amusant, d'ailleurs, de constater que l'espace des étages supérieurs semblent être le plus vite "récupéré"...(Le Suisse Marocain -  Musée Igor Balut ...)
D'autres sont déja en plein travail, l'atelier n'est qu'un espace de travail, la déco aura toujours le temps de maculer la blancheur virginale des murs

Les artistes vivent et travaillent au milieu du passage incessants des visiteurs...avec le sourire...Ils paraissent certainement les moins gênés!
Libre de farfouiller (avec les yeux) un peu partout, "La fillette et le dragon" de Francesco est une toile qui m'a scotché alors qu'elle n'était pas en évidence...
...Entretien avec l'artiste...
Reprise de la visite.

Alors les électrons libres, prêts pour le saut de niveau d'énergie?
Il va probablement falloir du temps pour en reparler...

   Pour les curieux

 

Les artistes :

Aliocha
Anahita Bathaie
Anita Savary 
Bruno Dumont
Deinki 
Etsuko
Eve Clair 
Francesco
Kaia Kiik 
Lucie Belarbi
Mariko Saito
Michel Vray
Musée Igor Balut
Pascal Foucart
Sandy
Sara
Simone Zucchi 
Slimane
Suisse marocain
Thierry Hodebar
Valentine
Yosuke

 

Mai 2012

 

Après quelques passages, à l'arrivée des beaux jours, devant la porte grande ouverte des ateliers du 59 et j'ai franchi le pas...

 

 

Sans aucun regret!


 

Les artistes se sont appropriés l'espace et la structure...

 

59 Rivoli escalier descente-copie-1

 

...ils nous accueillent dans leurs ateliers.

 

59Linda-McCluskey-SF2C-copie-1.jpg

 

Je n'ai plus ressenti ce qui m'avait tant titillé à l'ouverture...

 

59 Rivoli enfant guerrier-copie-1


et c'est tant mieux!

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 01:18

La nature n'aime pas le vide, c'est bien connu, mais le même principe s'applique, tout pareillement, dans les rues de Paris.

 

A peine une large étendue devient "disponible" quelque chose vient s'y coller, se gribouiller, dénigrer ou vanter les qualités d'un produit ou d'une personne...

 

 

Bref, un pan de mur à peine recouvert de peinture "ton pierre "et c'est bientôt à recommencer!

Il faut être rapide et avoir de la chance pour en conserver les traces les plus intéressantes.    

 

Si certaines curiosités urbaines sont plus ou moins artistiques...

 

Photobucket Photobucket

 

...parfois elles sont (trop) noyées dans la masse, ou deviennent à peine perceptibles ...

 

Photobucket

 

... ce peut-être une réalisation "trop parfaite" comme cette décoration d'une armoire électrique par Recyclab ou, par un excès de discrétion comme en dessous dans le 15e...

Photobucket

 

...peut-être une nouvelle façon de survivre? (merci à Philo pour cette adresse)

 

Photobucket

 

Sans aucune recherche artistique, les surcharges peuvent seulement répondre au besoin de se défouler...

 

Photobucket 

 

Mais d'autres rajouts méritent largement le détours avant d'être répertoriées et sauvegardées!


Ce sont des cadeaux véritables, que leur auteur a su imaginer, avant de se donner les moyens de les produire, et profitant de son expérience de les faire évoluer au cours du temps.

 

C'est un investissement offert aux yeux des promeneurs, un présent éclatant pour une somme de travail pouvant être monstrueuse!

 

Photobucket

 

Comme cette façade de sentinelles Bantus laissées par Kouka

 

Photobucket


Voulez-vous d'autres exemples?

Bonom et ses créatures s'étirant sur plusieurs étages (voir ICI) ou Artiste Ouvrier et ses pochoirs en dentelles entièrement découpés à la main (voir ICI).

Offrir son savoir faire à tous, sans distinction, et surtout le partager sans retour pour des oeuvres parfois incroyables.

 

Photobucket


Je n'exagère absolument pas, voyez par vous même:

 

Photobucket

Une série de visages réalisée par Rubbish Cube...

 

Photobucket

 

... de loin on imagine un pochoir détouré à la façon d'Artiste Ouvrier, finement, laborieusement...

 

Photobucket

 

... Un peu de peinture dégoulinante, une maitrise de l'aérosol à acquérir?

 

Photobucket

 

... en fait il s'agit de posters finement ciselés collés sur le mur, un travail de titan, n'est -ce pas Crikette?

 

 

Voilà une construction des plus impressionnantes ... Et elle n'aura pas fait long feu!

 

 Photobucket

 

A peine découverte, j'ai été obligé de "faire un brin de ménage" pour obtenir des photos "propres",...

 

Photobucket

 

... quelques jours plus tard c'était surchargé de couleurs fluos ... et encore plus tard le montage était partiellement détruit.

 

Photobucket

 

Pourtant, il était amusant d'en faire le tour, de découvrir le jeu des lignes sur les volumes qui laissaient comme l'impression de les voir, imperceptiblement, s'animer!

 

 Encore un autre exemple? 

J'ai eu la chance de le découvrir (en ligne) en avant première (avant sa pose).

 

Photobucket

 

"Une tuerie"

C'était un des commentaires laissé par un visiteur sur la page facebook de Pop Eye, et je dois bien avouer que j'étais tout autant sidéré...

 

Photobucket

 

Je n'imaginais pourtant pas la richesse des détails...

 

Photobucket

 

... car aucune photo ne peut restituer la vue de l'ensemble...

 

Photobucket

 

Il est primordial de se laisser promener par la richesse des détails...

 

 

 

...Pour se poser sur ce qui nous interpelle.

 

Photobucket

 

Je n'imaginais pas, non plus, que cette super(be) production puisse finir dans la rue. Je la croyais destinée à une galerie, une exposition voire un couloir ou un salon privé!

 

 

 

...Mais non, je suis tombé dessus...

 

 

 

...Oh, pas vraiment par inadvertance, puisque dès que l'info est passée sur le réseau,  je suis parti à sa recherche!

 

 Photobucket

 

Ce fût un vrai bonheur!

Encore une fois, la contagion s'est propagée, et même un chauffeur de taxi s'est arrêté le temps de prendre un cliché.

Photobucket Photobucket

Une association Grégos / Pop Eye extraordinaire.


Photobucket

 

Malheureusement, quelques jours après, seulement, le masque était déjà arraché...

 

Je sais que certains cherchent à récupérer des oeuvres destinées à la rue, cette photo montre clairement une tentative de récupération d'un space invader.

 

Photobucket

 

Certains de mes contacts ont vu et même photographié des "voleurs-collectionneurs".

Mais j'ai eu l'occasion de croisé une autre espèce de voleur: le vautour - égoïste.

Celui qui, auto-satisfait de son cliché, s'en réserve l'exclusivité en saccageant le modèle, privant quiconque de posséder le même album photos que lui...une façon de se réserver des droits d'auteur (?). 

 

Photobucket

 

Avec l'émergence des réseaux sociaux, les photos circulent et s'installent sur tous les écrans.

Les exclusivités tombent...et ainsi, tout le monde en profite!

 

Tagueur-coeur.jpg

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 16:06

Les jours des Prophètes sont comptés, effectivement, et il vous reste un mois pour aller à leur rencontre.

 

Photobucket

 

Par chance, ils sont regroupés à la Chapelle Saint Louis de la Pitié-Salpétrière!

 

Photobucket

 

C215 s'est chargé de les rameuter en ce saint lieu, et force est de constater qu'il y ont bien leur place.

 

Photobucket

 

Il s'agit d'une exposition superbe, qui  puise une partie de sa force de ces murs datant de Louis XIV, et leur offre, en retour, sa vitalité.

Ce que proposent ces oeuvres est d'ailleurs bien plus qu'un simple échange...

 

Photobucket

 

... La solennité des lieux se complète parfaitement  avec la recherche du mouvement, le choix des couleurs et de la limpidité  des oeuvres de C215.

 

Photobucket

 

Vous y trouverez des regards interrogateurs, bienveillants, assurés... mais vous y trouverez aussi certainement et infailliblement celui qui entrera en résonance avec vos propres pensées.

 

Photobucket

 

Un espace qui concilie théologie et art de rue qui l'aurait crû?

 

Photobucket

 

Jusqu'à aujourd'hui, je n'avais cité que ponctuellement C215.

Un petit commentaire sur une de ses perles découvertes lors d'une balade (comme ICI ou ICI).

 

Même si le travail de l'artiste qui nous est présenté dans cette chapelle est dans la lignée de celui qu'il nous offre habituellement dans les rues...

 

Photobucket

 

.... cette exposition nous montre une force qui ne s'explique pas seulement par l'ambiance spécifique de ce lieu.

 

PhotobucketPhotobucket

 

La recherche d'une harmonie entre les formes et les couleurs ...

 

Photobucket

 

 ...se complète par la force brute ou la fragilité cristalline du support.

 

Photobucket

 

Lui dédier un premier article pour cette exposition...ça valait vraiment le coup d'attendre!

 

Photobucket

 

 

 

C215 "Prophètes"

Chapelle St Louis  Hôpital de la Pitié Salpétrière

47 Bd de l'Hôpital

Paris 75013

 

Du 22 mars au 30 avril

Tous les jours de 10h30 à 13h50

                       et de 15h40 à 17h40 (sauf Dimanche)

 

 

 

Je propose un supplément pour ceux et celles qui ne pourront pas se déplacer.

Les images sont à cliquer pour apprécier les détails.

 

Photobucket  Photobucket  Photobucket

Photobucket  Photobucket  Photobucket

 Photobucket   Photobucket    Photobucket

Photobucket    Photobucket  Photobucket

Photobucket  Photobucket  Photobucket

 Photobucket  Photobucket  Photobucket

Photobucket   Photobucket  Photobucket   

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 08:08

Tout a une fin, et c'est bien ainsi.

 

 

 

  L'épicurien que je suis en a bien profité et, à chaque sortie....

 

 

... Je passais par ce coin des Pyrénées pour en prendre plein les yeux (et tout sauvegarder sur ma carte mémoire).

 

 

Il faut bien que la douce amertume de la nostalgie finisse par pointer ...  "Le souvenir du bon vieux temps".

 

 

 

C'est cette nostalgie, qui  en atténuant les mauvais souvenirs tout en amplifiant les meilleurs (c'est mon coté positif) construit notre mémoire.

 

 

Ainsi nous pourrons désormais dire, non sans fierté: "Toi, tu n'as pas connu les Pyrénées!"

 

 

 

Voilà 2 ans que les couches de peintures s'y recouvraient successivement et parfois au rythme de deux par jour!

Une fresque débutée un matin n'existait parfois plus le lendemain...une bonne raison d'y repasser (très) régulièrement.

 

 

Ces épaisseurs accumulées forment aujourd'hui des écailles, comme une peau, bien visible une fois les murs tombés (en fait, je me plais à le croire)

 

 

Voilà c'est fini!

 

 

Un beau matin le quartier était cerné ...

 

 

.... un autre il est par terre.

 

 

 

Mais comment être surpris par une fin annoncée depuis si longtemps: 

 

 

Avis de démolition ...

 

 

...  tags  d'adieu...

 

 

... Pour certains, effectivement, ça sentait déjà le sapin!

 

 

Quelques uns étaient partis avant la curée...

 

 

... A la recherche d'autres "spots" (indiqués sur ces murs même avant qu'ils ne tombent!!)

 

 

D'autres se sont disputés pour être là jusqu'au bout ...toujours aussi irrésistibles

 

 

Mais, même les molosses n'ont eu aucun effet ...

 

 

... sur les gueules métalliques des grues destructrices.

 

 

Les rêves des uns ...

 

 

....  offert en pâture aux autres .... 

 

 

... Resteront certainement encore quelques temps dans les mémoires.

 

 

Sur ces murs, où, même le noir et le blanc devenaient des couleurs chaudes...

 

 

Il y a bien eu quelques larmes juste avant et pendant la disparition de ces murs hauts en couleurs.

 

 

J'en ai vu même tendre la main vers cet espace devenu un océan de gravats et de tôles tordues.

 

 

Nostalgie....

Je suis resté pantelant devant certaines fresques fabuleuses...

 

null

 

... Comme celle sur le Japon avec ces tons rouges et bleus (dragons, poissons, samuraï et geïsha)

 

 

Plus récente, celle sur la jungle (où se mélaient chevalier et koalas!!!) était plaisante à regarder en passant...

 

Mais un arrêt était indispensable pour découvrir la richesse des détails

 

 

Je me suis souvent amusé devant les pochoirs et collages de JPM...

 

 

...Petits mais efficaces!

 

     

 

J'ai aimé les ponctuations de Mr Toulmonde et tout le microcosme qui servait de joint aux  fresques surdimensionnées.

 

 

Cette série d'articles est un remerciement à tous ces artistes qui sont venus laisser un présent aux yeux qui étaient de passage dans ce bout de la rue des Pyrénées.

 

 

 

Merci, et à bientôt ...Ailleurs.

 

 

 

 Articles précédents (liens à cliquer):

 

L'effet mer des Pyrénées      

L'effet mer des Pyrénées, la nouvelle vague  

Des strates qui se superposent dans les Pyrénées.

 

Lien vers mon album facebook (200 photos - meilleure définition) ICI

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 10:34

 

Comme j'ai travaillé cette nuit de changement d'année, j'ai envie de me faire plaisir...

 

 

.... Et comme il n'y a aucune raison pour que vous n'en profitiez pas, voici une petite rétrospective de griffus laissés sur les murs de Paris par des artistes un peu cabots.. .

 

 

Tout d'abord, rue Bichat ....  ce sont (bien logiquement) des chats de Chanoir qui ont relevés les chiens qui montaient la garde  (voir ICI) .

 

Ensuite, retour au Cabinet d'Amateur (voir ICI) où Mr Chat, Mr Lolo, Paëlla et Miss Tic exposaient sur le thème:

 

"Chacun trouve son chat".

 

 

La Miss est repassée dans cette rue depuis, et y a laissé plusieurs marques de son passage:

 

 

En descendant vers la Seine, rue du Temple, c'est encore des chats qui s'y colle...

 

 

 

Et, une fois sur la rive gauche,  rue de Verneuil, un autre matou bien plus discret m'a fait aussi de l'oeil.

 

 

Dans le 20e, il fallait l'avoir, l'oeil,  pour découvrir les babines de ce greffier...

 

 

.... Peut-être, maintenant que l'automne a fait son effet, le découvrirez-vous plus facilement que moi!

 

 Pour le suivant, c'est fini!

Je crois bien que lors de mon dernier tour vers Montmartre, il n'était plus là.

 

 

 Et ceux-là, même s'ils disparaissent d'un endroit, il y a toutes les chances pour que vous les retrouviez ailleurs...

 

 

 .... Mais si vous tenez à en garder un souvenir, ne tardez pas trop...

 

 

... avant qu'il ne s'envole!

 

 

Parfois certains de leurs regards, suffisent à vous glacer.

C'est ainsi que même la plus douce des boules de poils esquive les caresses des indésirables...

 

 

.... même s'il est vrai, que le regard n'est pas leur seul argument...

 

 

Cependant, les fauves de Mosko et associés possèdent toujours ce coté lascif...

 

Pantheres-retrait.jpg

 

 

... des postures ou des regards...

 

null

 

... qui nous font oublier un peu trop facilement leurs griffes et leurs crocs.

 

 

Les ombres félines de Némo (qui ressemblent aux pochoirs de Miss Tic)  sont parfois funambules.

Mais aujourd'hui son chat s'est posé...

 

   

Et...

...que ce soit en fanfare, à un coin de rue,

 

 

... ou à la une d'un magazine qui s'affiche...

 

 

 ...  les félins des rues de Paris sauront patienter ... 

 

 

... sagement, mine de rien...

 

 

 

... pour mieux vous surprendre!

 

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 09:33

C'est quelque chose que j'ai déjà exprimé sur ce blog, et régulièrement j'en ai la démonstration, comme encore ce jour là, place de la Bastille:

L'envie est générée par le plaisir ou le désir de l'autre. Ce peut même être une explication au "coup de foudre".

La reconnaissance de soi par autrui: se sentir désiré par l'autre  induit son propre intérêt pour cet autre.

 

Je crois que c'est valable pour quelqu'un comme pour un objet: il suffit que, dans une brocante par exemple, la personne devant vous pose la main sur un objet, semble hésiter, avant de la reposer... pour qu'à notre tour notre main se tende vers le même objet.

Et c'est avec un regret dans le regard, que votre prédécesseur s'en va (ou pas!).

 

L'envie créé le désir... ou est-ce le désir qui créé l'envie?

Passons sur la psychologie de trottoir!

 

Photobucket

 

Parfois, j'ai l'impression d'être le seul à m'amuser de ces curiosités qui planent aux coins des rues.

 

Tout commence par une image qui se déforme sur des tons irisés, et un arrière plan surprenant avec ce vélo entre les feuillages...

 

Photobucket

 

Difficile de prévoir l'effet rendu sur un écran au moment où je vois cette scène, mais l'effet est là, et il est à mon goût.

 

Photobucket

 

Il y a beaucoup de monde...et il m'est difficile d'isoler les bulles de savon, d'en capturer les nuances et le jeu des déformations qu'elles génèrent.

 

Photobucket

 

Puis c'est le déclic ....

 

Photobucket

 

.... Une puce tend la main vers mon sujet d'observation....

 

J'aime ce sourire, ce plaisir à la vue d'une bulle, à une époque où la DS3D semble être indispensable au bonheur... 

 

Photobucket

 

....Et le désir pour cet objet quasi immatériel se propage comme une traînée de poudre...

 

Photobucket

 

... un plaisir qui se partage, avec les rires, sans heurts et sans pleurs.

 

Chez les adultes (parents ou promeneurs) les sourires se propagent au rythme des sauts des enfants.

Les sourires de ce jour là étaient sincères.

 

 Photobucket

 

Ils ont été offert par la "marchande de bulles" qui a troqué, généreusement  du temps, de l'eau et du savon contre quelques minutes de plaisir.

 

Photobucket

 

D'abord aux enfants puis aux adultes...

...Parce que le plaisir des uns amène certainement le désir (de plaisir) des autres.

 

CQFD.

 

 

 

Cet article contient des photos prisent dans un espace public.

Elles n'ont pas été prises en cachette ni dans un autre but que de montrer le plaisir d'un enfant qui amène progressivement le sourire sur l'ensemble des visages des gens présents ce jour là, place de la Bastille.

Si des personnes qui se reconnaissent souhaitent ne pas figurer sur cette page, je les prie de me contacter pour une éventuelle modification.

Merci .

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 10:57

Il est  consacré même!

Puisque hier soir (11/03/2011), Philippe Baudelocque inaugurait le vernissage de sa dernière exposition 6 rue des Coutures Saint Gervais.

 


Alors que je vadrouillais entre le 15e et le 18e, un mail d'Elilou me prévient du changement d'animaux de la rue du Pont aux Choux (voir ICI).

 

null


Les remplaçants du lamentin et de la grenouille sont un bison et un pélican, ils sont accompagnés d'une invitation pour le vernissage de l'exposition "Entre lignes" galerie Duboys .

 

L'artiste se prête gentiment au jeu des questions-réponses, spontané et pétillant, le contact est agréable et passe immédiatement sur le ton de l'échange plutôt que sur celui de l'interrogatoire!

 

Nous nous découvrons rapidement une passion commune pour Miss~Tic .

Je lui apprends que, tout comme il le fait lui-même, la Miss demande désormais aux propriétaires des murs avant d'y apposer une de ses oeuvres. 

Il me confie alors, qu'il aimerait bien faire un échange d'oeuvre avec elle...


J'ai découvert des oeuvres aux dimensions plus "logeables" dans un salon que celles des rues ...

 


Mais pas si éloignées comme ce lion dont je déjà connaissais le contour.

 

 

Une surprise m'attend, si la silhouette de l'animal qu'il a choisi de réaliser est dessinée, le remplissage, lui,  n'est pas prédéfini,  à la fois aléatoire mais codifié, oserais-je écrire...

Codifié car l'ensemble de ses motifs sont répertoriés dans un carnet (le Codex) qui ne cesse d'évoluer.

 

L'artiste rempli les zones selon ses humeurs, en tenant compte essentiellement de ses motifs.

 "Le blanc prend alors sa place".


Une technique qui me rappelle une curiosité linguistique, où la lecture d'un texte est possible malgré le désordre des lettres qui composent les mots.

"Le cerveau fait le boulot": il interprète et positionne, de lui-même ce qu'il veut trouver là où nous voulons le voir pour rendre l'ensemble compréhensible.

 

Poisson


Je me trompe, peut-être, en affirmant cela, mais j'y crois.

Et c'est certainement ce qui donne tant de charme à ces créations, où chacun prend ce qu'il souhaite y trouver.


Pour les oeuvres exposées, la superposition de couches de craie et de fixateur offre des possibilités nouvelles: dans la rue, les effets de reliefs sont impossibles à réaliser avec de la craie seule.


J'ai craqué pour le suricate...

 

 

...Je repasserai certainement le voir ou cas où...

 

 

...l'auteur y appose sa griffe après avoir terminé celles son animal avant le 2 Avril 2010 (fin de l'exposition)!

 

null

 

Je remercie particulièrement Philippe. Baudelocque et le propriétaire de la galerie pour leur sympathique accueil.

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 23:55

La surprise n'était pas là où je l'attendais....Mais n'est-ce donc pas la nature même de la surprise?

 

Tout commence par trois mails:

D'abord la présentation de la couverture du "Libération" du 11/12 juin 2011 (Merci Gilles)...

 

.... A l'occasion du 1000e space invader parisien, le journal s'est  "laissé" envahir (quelle blague: il a fallu modifier la typographie des "A" : un travail de titan, d'ailleurs commenté dans un des articles).

 

Viennent ensuite une photo d'Elilou et une indication de Philo.

Voilà donc une bonne raison de retourner sur mes pas:

Il y a quelques années, bien avant la mode des batailles de post-it de cet été ... 

 

 

... j'avais déjà trouvé une vitrine envahie par des représentations "maison" de ces amas de pixels que sont les sprites de space invader:

 

  Beranger-copie-1.jpg

 

Lors d'un second passage dans cette même rue,  peu avant l'expo du 1000e envahisseur parisien (voir ICI), c'est pratiquement au même endroit, qu' un trio plus conventionnel se fait remarquer...

 

 

Victime de la publicité, le design de cette mosaïque me rappelle (toujours) plus le logo Lee Cooper que celui du journal Libération dont l'entrée est juste en face...

 

Lee Cooper   

 

 

... et où je me présente, bien sagement, roulettes à la main.

Je me laisse guider jusqu'au 8e étage, et là, je me prends une (méchante) claque...

 

 

J'étais venu pour 2 clichés, j'en suis revenu avec plusieurs dizaines!

 

 

Parce que je suis collectionneur, il me fallait ces 2 envahisseurs "indoor", mais j'en avais négligé le contexte...

 


... J'aime regarder Paris, et si mon édito s'appelle "Tout plein de toits" c'est qu'il y a de(ux) bonnes raisons!

 

D'après vous laquelle des deux vues fût prise la 1ère?

 

 

Il m'a fallu qu'une poignée de seconde pour choisir mon 1er cliché...

  

 

...puis le second ...

 

 

... et le 3e ...

 

 

... et  encore le suivant...

 

 

Décidément, il fallait que je prenne du recul et que je supprime la tentation.

L'esprit encore titillé par le panorama, j'ai bien du mal à mettre de l'ordre dans mes idées...

 

 

Tout d'abord chassez les toits de Paris de mon champs de vision....

 

 

... Ensuite faire place nette de  toutes ces tables et chaises renversées qui n'aident pas à la visualisation.

Voilà qui va mieux!

 

Mais dans quel sens cela se lit-il?

 

 

...Non, c'est pas encore ça...

 

 

... ni ça...

 

 

Avec si peu de recul, ce n'est pas évident, et toujours, la-bas, dans mon dos, la tour Eiffel et le Sacré Coeur qui m'appellent... ma concentration a bien du mal à se regrouper!

 


Bon d'accord, voilà le point d'appel:

La signature:

 

 


J'ai de la chance, le soleil est à l'Est, l'éclairage convient parfaitement (que ce soit pour la terrasse comme pour la vue des cheminées de Paris).

 


Et voilà la 950e mosaïque de ma collection ...

 

 

... Qui est en fait la mosaïque N° 992 dans la série parisienne d'Invader

 

 

 

 

 

Annexes.

 

Pour le plaisir des plus curieux, voici quelques vues supplémentaires:

*   Quelques pages du journal lors de son invasion.

 

La couverture 

  

 

Le sommaire du Mag avec la photo de la mosaïque ... Celle d'en face!

 

 

L'article traitant d'Invader:

 

 

Quelques titres d'articles montrant le travail du typographe de Libé.

 

 

 

* Quelques vues supplémentaires des toits de Paris...

 

D'ici, la dame de fer ne parvient pas à se cacher derrière l'église Saint Eustache

 

 

Et la Défense laisse l'opéra Garnier en première ligne.

 

 

Le Sacré Coeur surplombe les toits parisien

 

 

Quelle vue ce panorama à 180° , un peu léger en définition, mais il faut bien penser aussi à ceux qui n'ont pas un débit fabuleux...

 

 

  (Un clic sur l'image vous permettra de voir plus de détails)

 

 

Je tiens à remercier le personnel de la rédaction de "Libération" pour leur accueil, ainsi que mes informateurs (Gilles, Elilou et Philo). 

 

 

Repost 0
Published by Rolvel - dans Coups de coeur
commenter cet article

Présentation

  • : Paris comme vous ne la regardez pas
  • Paris comme vous ne la regardez pas
  • : Visite inattendue de Paris. Les yeux en l'air, ou au sol. Monuments et curiosités autrement.
  • Contact

Index des articles

Cliquez sur l'éléphant:
 vous accéderez à l'index en images
 et aux liens des articles du blog

Pour me contacter

Cliquez sur l'image.